Sémantique misogyne de la criminelle dans la presse des années 1950 : les cas de Pauline Dubuisson et Ruth Ellis

Louise Lagniez, ENS de Lyon

[IIIe journée des Arts et Lettres. ENS de Lyon, 16 juin 2022]

Partant de travaux récents montrant que la femme criminelle était « avant tout image, représentation, monde du fantasme et de l’imaginaire[1] », nous nous proposons d’analyser deux cas de criminelles célèbres des années 1950, en France et en Angleterre. Le premier est celui de Pauline Dubuisson (1927-1963), française surnommée « La Ravageuse », condamnée aux travaux forcés pour homicide volontaire avec préméditation sur la personne de Félix Bailly, son ancien amant, le 18 novembre 1953, et qui échappa de peu à la peine de mort. La seconde est Ruth Ellis (1926-1955), célèbre pour avoir été la dernière femme exécutée au Royaume-Uni. Cette dernière a en effet été reconnue coupable du meurtre de son amant, David Blakely, le 21 juin 1955, après 14 minutes de délibération du jury. Ces deux affaires ont suscité un engouement médiatique important et ont été particulièrement marquantes par la sévérité des peines (une sévérité reconnue presque immédiatement dans le cas de Ruth Ellis et souvent plus tardivement dans le cas de Pauline Dubuisson[2]). Contrairement à des cas similaires de criminelles, le tribunal a déclaré qu’il ne s’agissait pas de « crimes passionnels ». Pauline Dubuisson et Ruth Ellis n’ont donc pas bénéficié de l’indulgence accordée la plupart du temps dans de tels cas. Il s’agira d’étudier comment se construit la sémantique médiatique à propos de telles criminelles « inexcusables », qui ne correspondent pas au stéréotype de la femme trompée, bafouée et piteuse, qui pêche par excès de sentiments (ce qui apparaît alors plus conforme à sa prétendue nature), mais plutôt à celui de la criminelle froide, et donc doublement dangereuse. En effet, comme le notait ironiquement Michelle Perrot dans Femmes et justice pénale (xixe-xxe siècles), la femme est considérée comme « “naturellement” douce et passive. Donneuse de vie, elle est d’instinct hostile à la violence, à la guerre et au crime. Normalement, elle n’est pas criminelle. Si oui, elle atteint un degré de perversité supérieur au mâle[3] ». 

Nous nous pencherons donc sur quelques articles de presse, parus en 1953 pour Pauline Dubuisson et en 1955 pour Ruth Ellis, afin d’en étudier la sémantique du point de vue du genre tout en démontrant son efficacité narrative. Nous nous intéresserons principalement aux articles du magazine Détective, « Le grand hebdomadaire des faits divers », qui adopte en général une approche plutôt sensationnaliste, et où l’affaire est rapportée par la chroniqueuse Simone France, particulièrement acerbe vis-à-vis de Pauline Dubuisson, ainsi qu’au journal quotidien Combat, plutôt spécialisé dans l’information et la politique, où René Hericotte est en charge du procès. Il propose, nous le verrons, un point de vue assez différent de celui de sa consœur. En Angleterre, les articles portant sur des affaires judiciaires ne sont pas signés. À propos de l’affaire Ruth Ellis, notre corpus prendra en compte un échantillon issu en particulier du Daily Mirror (considéré comme un tabloïde) et du Manchester Evening News, journal quotidien d’information. 

1. Le paradigme misogyne de la représentation de la femme criminelle : l’attention portée à la sexualité

Dans Media and Crime, Yvonne Jewkes analyse le paradigme misogyne dans lequel s’inscrit la représentation de la femme criminelle : « “Bad girls” as they are characterized in the popular media, are thus constructed within a masculinist point framework which carries implicit assumptions about crime being the outcome of feminism and equality for women[4] ». 

Elle analyse ainsi cette représentation : 

If women offenders cannot be constructed as lesbians or sexual sadists, their deviance will be verified with reference to their previous sexual conduct and sexual history. Basically, if a woman can be demonstrated to have loose moral standards, the portrayal of her as manipulative and evil enough to commit a serious crime is much more straightforward[5]

La sexualité des femmes est ainsi mise en avant lors des procès et dans les médias. On prête à Pauline Dubuisson et à Ruth Ellis de nombreux amants, ce qui leur vaut des surnoms infamants. Accusée d’avoir entretenu pendant la guerre et dès son plus jeune âge des relations avec des Allemands, Pauline Dubuisson aurait été tondue à la Libération[6], d’où les métaphores liées à sa réputation de fille de « mauvaise vie » : « la Ravageuse », « la hyène du Nord ». On parle aussi de « fille à soldats », euphémisme qui désigne une prostituée[7]. Les articles de Détective utilisent cette sexualité supposément débridée pour faire un portrait « outré[8] » de l’accusée. On lit dans l’article de Simone France datant du 26 octobre 1953 : « Pauline Dubuisson, la riche étudiante qui, dès l’âge de 15 ans, mena une vie dépravée conduisant au crime répondra au meurtre de Félix Bailly, l’un de ses amants ». L’article met ainsi en valeur plusieurs éléments amenant à conclure à l’immoralité de Pauline Dubuisson. La périphrase « la riche étudiante » fait référence à la classe supérieure de la jeune femme, qui renforce le scandale de sa conduite, et le complément circonstanciel de temps « dès l’âge de 15 ans » marque la précocité de la vie sexuelle de Pauline Dubuisson. Le complément du verbe, « une vie dépravée », et la périphrase désignant Félix Bailly, « l’un de ses amants », renforcent l’accusation morale. L’argent et le sexe sont ainsi mêlés. Dans le titre est ainsi condensée une représentation non seulement faussée de Pauline Dubuisson, mais aussi misogyne, induisant la culpabilité pénale des mœurs de la jeune femme. En ce qui concerne Ruth Ellis, l’emploi du terme model, qui signifie « mannequin » (sa profession, sans cesse rappelée dans les articles), évoque aussi en ce début de siècle une sexualité débridée, voire une activité de prostitution. C’est d’autant plus frappant que ce terme est souvent associé à celui de lover[9], renvoyant à une liaison en-dehors du cadre du mariage. Or, on rappelle que la prostitution était considérée par Cesare Lombroso[10], fondateur de la criminologie au XIXe siècle, comme une activité de « mauvaise vie » « men[ant] au délit, voire au crime »[11].

2. Criminelle-monstre ou dé-diabolisation à double tranchant 

Cette sexualité est directement associée au mal, comme le montrent les métaphores désignant Pauline Dubuisson : « la hyène du Nord », la « Ravageuse » et « l’ange du mal » intégrant les notions de séduction et destruction. On parle aussi simplement de « monstre ». 

Yvonne Jewkes souligne que « journalists fall back on stock notions of “pure evil”, which they illustrate with standard stories, motifs and stereotypes[12] ». On peut à ce propos relever tout le lexique du mal qui nourrit les histoires de Pauline Dubuisson et Ruth Ellis et crée une sémantique de la criminelle putain, de la criminelle-animale, de la criminelle-monstre. 

Dans la continuité de l’argumentation indirecte ad hominem de Simone France dans l’article du 26 octobre 1953, celui du 2 novembre 1953, au moment où Pauline Dubuisson tente de se suicider dans sa cellule, ne laisse qu’une alternative : l’accusée est « simulatrice ou perverse ». Ce deuxième adjectif, signifiant « encline à faire le mal[13] », s’inscrit bien dans le « stock notions ofpure evil » décrit par Yvonne Jewkes. 

Cependant, il faut aussi nuancer cette représentation et relever dans la presse les remarques visant à renverser l’aspect exceptionnel de l’accusée et cherchant plutôt à ramener Pauline Dubuisson à sa condition de femme banale. Cette entreprise est à double tranchant : elle peut tirer du côté de l’empathie ou d’un mépris tout aussi accusateur — on peut lire ainsi la remarque de Madeleine Jacob qui parle dans Libération[14] d’une femme « même pas touchante ». La journaliste prend un malin plaisir à atténuer sa beauté et à faire d’elle une femme banale et méprisable. 

Les articles de René Hericotte cherchent plutôt à provoquer de l’empathie et vont jusqu’à remettre en question les jugements hâtifs formulés à l’encontre de l’accusée. Dès le 28 octobre, le chroniqueur reprend le lexique qualifiant Pauline Dubuisson « d’orgueilleuse » et de « révoltée », deux adjectifs autour desquels il structure la première partie de son article. Ces derniers sont en effet mis en valeur par une construction détachée : 

Orgueilleuse, Pauline Dubuisson a reculé devant le grand déballage de ses « péchés » en pleine Cour d’assises. C’est peut-être paradoxal de parler de pudeur en faveur de Pauline Dubuisson — mais c’est sans doute par pudeur qu’elle s’est soustraite à la confession publique. 

Révoltée, elle devait mépriser les « formes extérieures » de la Justice. Son rejet des conventions la conduisait à se dérober aux pompes de l’appareil judiciaire. Son sens du scandale devait, en toute logique, l’amener à narguer ceux qui se promettent de la juger, et à leur échapper sur une pirouette en leur laissant un goût amer de déception. 

Dans le premier paragraphe, René Hericotte conserve du portrait collectif fait de Pauline Dubuisson l’idée d’une sexualité débridée (qui ferait automatiquement d’elle une personne impudique), avec la mention du paradoxe qu’il y aurait à en parler en termes de « pudeur » atténuée par l’adverbe « peut-être ». Cependant, c’est le public qui est d’abord visé. La mention du mot « péchés » entre guillemets crée un dialogisme : René Hericotte reprend ici une terminologie vis-à-vis de laquelle il prend ses distances, superposant ainsi deux discours. En filant la métaphore religieuse (« confession publique »), le journaliste ironise sur une condamnation qui serait avant tout de cet ordre. Il fait de Pauline Dubuisson une femme qui rejette les conventions et a conscience de l’incompréhension qu’elle susciterait face à une assemblée condamnant, au nom d’une morale religieuse, sa conduite. Le vocabulaire religieux se mêle en effet à l’isotopie du théâtre, qui renvoie la posture religieuse à sa dimension théâtrale, par contamination sémantique : 

La « première » du procès de Pauline Dubuisson a été remise à une date ultérieure, au grand dam du public nombreux, très élégant, qui se pressait au parterre et dans les tribunes de la Cour d’assises. Ce beau public, honnête et bien-pensant, qui avait jugé avant la lettre et flétrit le crime, comme il se doit, s’est retiré très déçu. Le spectacle n’a pas eu lieu, faute d’accusée[15]

René Hericotte finit par provoquer l’empathie de ses lecteurs en ajoutant aux deux adjectifs « orgueilleuse » et « révoltée » la périphrase verbale « avoir peur » : « Elle a eu peur, aussi ». Tout cela permet de mettre à mal le caractère sinon monstrueux, au moins excessif et extra-ordinaire, de Pauline Dubuisson. On retrouve cette défense dans son article du 20 novembre 1953. L’adjectif « exceptionnelle » est mis entre guillemets, reprenant la même figure d’ironie que dans l’article précédent. Le chapeau synthétise par une énumération les périphrases désignant Pauline Dubuisson et met en valeur trois superlatifs qualifiant son meurtre dans une énumération ternaire : 

On attendait une affaire « exceptionnelle », une accusée hors-série, une sorte de monstre d’orgueil, de sensualité. Une comédienne née pour qui tout est faux-semblant, une garce sans autre sentiment vrai qu’un égoïsme démesuré. Une criminelle à laquelle la pire indulgence ne saurait accorder la moindre circonstance atténuante, car elle avait commis le crime le plus odieux, le plus lâche, le plus gratuit. 

La sémantique est employée ici de manière à être décrédibilisée, le journaliste jouant sciemment sur l’effet hyperbolique des énumérations et des termes en eux-mêmes. Elle est donc ici à double emploi.

Quant à Ruth Ellis, elle est tantôt désignée comme blond model — convoquant les représentations mentionnées plus haut — tantôt comme mother of two : on passe donc d’un côté ou de l’autre, de la représentation de Ruth Ellis comme prédatrice sexuelle, vamp (c’est-à-dire une femme fatale car irrésistible), ou bien comme mère meurtrière. Un article titre, non sans humour par la syllepse associant le mot « père » au sens figuré (prêtre) et la « mère » au sens littéral (filial et biologique) : « FATHER VISITS MOTHER OF TWO IN CELL[16] ». Les deux facettes peuvent aussi être associées, comme cet article du Manchester Evening News datant du mardi 21 juin 1955 : « Glamorous platinum blonde Ruth Ellis 28-years-old Manchester-born mother of two children, will spend tonight in the condemnded cell at Holloway Prison[17] ». La présentation du portrait est marquante par sa concision, qu’on ne peut retranscrire telle quelle en langue française. Dans ce même article, le fait que Ruth Ellis soit mère est un élément fort de dramatisation :  

At the age of 17, Ruth found she was going to be a mother. 
A boy was born. The father faded out of the picture, and Ruth tended and cared for her son — the boy she put to bed early on the evening she decided to murder Blakely[18].

Le meurtre apparaît contre-nature dès lors qu’il est perpétré par celle qui donne la vie. La mise en scène du coucher de l’enfant le soir du meurtre insiste sur la cruauté de la situation et l’infamie du geste meurtrier. 

3. Associations sémantiques et puissance narrative

L’ensemble de cette sémantique, outre le fait qu’elle véhicule des stéréotypes misogynes, peut être analysée d’un point de vue narratologique, d’après l’analyse de Georges Auclair, dans La Manaquotidien : structures et fonctions de la chronique des faits divers :

Il s’agit toujours de multiplier les signes et les indices qui authentifient le récit et, de ce fait, ancrent dans le réel la ou les « fonctions » (sadisme, jalousie, folie, etc.) définies par la structure du titre. Or, ces signes et ces indices sont souvent simplement déduits comme vraisemblables[19].

Autrement dit, les associations sémantiques stéréotypées telles que la blond model, persuadent le lecteur de la véracité du propos, sans doute sans que ce dernier n’y fasse attention (G. Auclair précise que les lecteurs se posent rarement la question de l’authenticité d’un article : ces indices répétitifs suffisent). Ces répétitions sont particulièrement saillantes dans les articles britanniques, du fait de l’incise qui met systématiquement en valeur une courte qualification (« 28-years-old blonde model ») : « Blond model to hang for shooting lover » (Manchester Evening News, 21 juin 1955), « Model admits she shot her racing driver lover » (Daily Mirror, 21 juin 1955), « Blond model smiles as she goes to death cell » (Daily Mirror, 22 juin 1955), « I intend to kill him says model » (The Dundee Courier and Adviser, 21 juin 1955). On ne trouve plus ces qualifications dans les articles à partir de juillet 1955, qui s’opposent a posteriori à la sévérité de la sanction et à la condamnation à mort[20]. Les associations stéréotypiques tendent donc à disparaître de manière significative dès lors qu’il s’agit de défendre la condamnée. C’est son nom qui est alors donné, plutôt que des périphrases la désignant comme une fille « de mauvaise vie ». 

L’analyse sémantique révèle ainsi la force des fantasmes, dont est tributaire la criminologie du xxe siècle. Frédérique Tudoire-Surlapierre évoque cette force du fantasme dans Le Fait divers et ses fictions 

Il ne faut pas minorer la puissance du fantasme sur nos opinions : le fantasme tient à des images archaïques qui suscitent des idées et des sentiments sans rapport à la réalité alors même qu’ils ont un effet sur celle-ci, c’est pour cela qu’ils peuvent mener à des conduites persistantes et inadaptées[21]

Conclusion 

La fantasme de la femme criminelle, associée à des stéréotypes qu’expriment les choix sémantiques évoqués ci-dessus, est omniprésent dans ses représentations médiatiques, qui sont également un reflet de l’opinion. Ainsi, les articles révèlent un arrière-plan idéologique et historique. C’est ce que démontre Marie-Ève Thérenty dans son article « Les petites histoires de Simone France dans Détective (1938‑1939) », qui analyse, à travers les articles de la chroniqueuse, « l’historicité du fait divers[22] ». Philippe Jaenada s’empare de l’affaire Pauline Dubuisson et entreprend un véritable d’archives pour retrouver l’histoire originelle de cette dernière, une histoire qui ne serait pas créée par les discours médiatique et juridique. Dans plusieurs interviews, il souligne sa volonté de réhabiliter par son œuvre littéraire, La Petite femelle, une femme qui a été condamnée dans un contexte spécifique, celui de l’après Deuxième Guerre mondiale, période de transition sociale, d’où la condamnation selon lui excessive de son héroïne. Ce sera peut-être alors à l’écrivain contemporain de faire un travail sur les énoncés afin de les déconstruire et proposer une nouvelle histoire. 

[1] Michelle Perrot dans : Christine Bard, Frédérique Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale (xixe-xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, « Ouverture ». Article publié dans : Michelle Perrot, Le Chemin des femmes, anthologie, Robert Laffont, 2019, « Bouquins », « Femmes et justice pénale », p. 585. 

[2] C’est notamment le roman La Petite femelle, de Philippe Jaenada, paru en 2015 aux éditions Julliard, qui réhabilite l’image de la meurtrière. 

[3] Michelle Perrot, op. cit., p.587. L’historienne fait ici référence aux travaux de Ann-Louise Chapiro, « Love Stories : Female Crimes of Passion in Fin de Siècle Paris », Différences, vol. 3, n° 3, 1991 et de Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence des femmes, Albin Michel, Paris, 1997 

[4] Yvonne Jewkes, Media and Crime, 3e éd., SAGE, Londres, 2015, p .136. « La “mauvaise fille”, ainsi qu’elle est caractérisée dans les médias populaires, est ainsi construite dans le cadre d’un point de vue masculiniste qui véhicule des suppositions implicites à propos d’un crime qui serait le résultat du féminisme et de l’égalité pour les femmes » [notre traduction]. 

[5] Ibid., p. 140. « Si les femmes délinquantes ne peuvent pas être assimilées à des lesbiennes ou à des sadiques sexuelles, leur déviance sera vérifiée par rapport à leurs antécédents sexuels ou leur histoire sexuelle. Fondamentalement, si on peut démontrer qu’une femme a perdu ses standards de moralité, on fera directement d’elle le portrait d’une manipulatrice et suffisamment diabolique pour commettre un crime grave » [notre traduction]. 

[6] Cette hypothèse est remise en question par Philippe Jaenada dans La Petite femelle, Julliard, 2015.

[7] https://www.linternaute.fr/expression/langue-francaise/16864/fille-a-soldats/

[8] Terme employé dans Le Monde par Jean-Marc Theolleyre (« LES DÉPOSITIONS DES TÉMOINS permettent d’apporter quelques retouches au portrait trop outré qu’on avait fait de l’accusée »), pour prendre ses distances vis-à-vis de ces portraits, le 20 novembre 1953. 

[9] Plusieurs titres de journaux mettent ces termes côte-à-côte : « Blond model to hang for shooting lover » (Manchester Evening news, 21 juin 1955), « Model admits she shot her racing driver lover » (Daily Mirror, 21 juin 1955). 

[10] Cesare Lombroso, La Femme criminelle et la prostituée, Félix Alcan, Paris, 1896. [En ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83334g.image, consulté le 10 mai 2022. 

[11] Michelle Perrot, op. cit.

[12] Yvonne Jewkes, op. cit., « Les journalistes retombent sur un réservoir de notions de « mal absolu », qu’ils illustrent avec des histoires standardisées, des motifs et des stéréotypes » [notre traduction]. 

[13] « Qui est enclin au mal, se plaît à faire le mal ou à l’envourager », Le Petit Robert, rédaction dirigée par A. Rey et J. Rey-Debove, Société du Nouveau Littré, 1977. L’article renvoie aux mots « corrompu », « dépravé », « méchant », « vicieux » et même « diabolique ». 

[14] Il s’agit du journal de la Résistance dirigé par Emmanuel d’Astier de la Viguerie, publié de 1944 à 1963, et non du quotidien fondé par Jean-Paul Sartre et Maurice Clavel paru pour la première fois en 1973. 

[15] René Hericotte, Combat, 28 octobre 1953.

[16] Manchester Evening News, mardi 21 juin 1955.

[17] « Ruth Ellis, glamour blonde platine de 28 ans née à Manchester, mère de deux enfants, va passer la nuit dans la cellule des condamnées à Holloway Prison » [notre traduction].

[18] « À l’âge de 17 ans, Ruth découvrit qu’elle allait devenir mère. Un enfant naquit. Le père s’évanouit dans la nature, et Ruth s’inquiéta pour son fils et le soigna — ce fils qu’elle mit au lit de bonne heure le soir où elle décida de tuer Blakely » [notre traduction]. 

[19] Georges Auclair, La Manaquotidien : structures et fonctions de la chronique des faits divers, Éditions Anthropos, Paris, 1970, p. 114. 

[20] Elle est appelée Ruth Ellis dans The Yorkshire Post (« Ruth Ellis to die for murder », 12 juillet 1955, le Daily Mirror (« Ruth Ellis goes from cell to church », 4 juillet 1955, « Ruth Ellis talks of the gun », 13 juillet 1955, « The Last Hours Ruth Ellis, “the calmest woman who ever went to gallows”, 14 juillet 1955), l’Evening News (« Protest scenes as Ruth Ellis hangs », 13 juillet 1955), l’Evening News (« Ruth Ellis went Coolly to gallows », 13 juillet 1955). 

[21] Frédérique Tudoire-Surlapierre, Le Fait divers et ses fictions, « Sommes-nous responsables de nos faits divers ? », Éditions de Minuit« Paradoxe », Paris, 2019, p. 85. Frédérique Tudoire-Surlapierre fait ici référence à l’ouvrage de Roger Mucchielli, Opinions et changement d’opinion, éditions ESF, Paris, p. 98. 

[22] Marie-Ève Thérenty, « Les petites histoires de Simone France dans Détective (1938‑1939) », Écrire l’histoire, 17 | 2017, 2020. [En ligne] http://journals.openedition.org/elh/1224, consulté le 25 mai 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Cusset (5 décembre 2022). Sémantique misogyne de la criminelle dans la presse des années 1950 : les cas de Pauline Dubuisson et Ruth Ellis. CAELum. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofai


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search