Raconter l’apprentissage des langues. La place de la conversation avec les femmes dans trois récits de voyage vers l’Orient (Peregrinação de Fernão Mendes Pinto, 1614 ; Le Voyage de Pyrard de Laval 1619 ; Viaje de Turquía 1550 environ).

Clémence Jaime, ENS de Lyon

[IIIe journée des Arts et Lettres. ENS de Lyon, 16 juin 2022]

Ces trois récits de voyage vers l’Orient présentent la rencontre d’un personnage de voyageur européen avec des sujets parlant une langue radicalement autre dont il n’existe alors aucun outil de grammatisation ni d’apprentissage. L’apprentissage de l’exolangue, le chinois et le japonais chez Fernão Mendes Pinto, le turc dans le Viaje de Turquía, et la langue des Maldives pour Pyrard de Laval, intervient néanmoins et est raconté. Dans cet apprentissage et cette (trans)formation linguistique des protagonistes, les femmes avec lesquelles ils s’entretiennent apparaissent comme des actrices à part entière. 

            Nos trois textes relèvent de genres littéraires très divers, avec lesquels ils jouent. Le Viaje de Turquía, œuvre anonyme dont les manuscrits circulaient sous le manteau au XVIe siècle conte ainsi le voyage de Pedro de Urdemalas, un Ulysse espagnol d’abord capturé sur une galère turque, mais qui parvient, grâce à son esprit rusé, sa mètis, à sortir de l’esclavage et à se rendre indispensable aux yeux du Pacha turc, en se faisant passer pour médecin. Le personnage narre ses péripéties à deux acolytes qu’il rencontre sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Leur curiosité et les questions qu’ils posent à Pedro sont le moteur de l’œuvre, qui, exclusivement au discours direct, constitue donc un dialogue entre trois personnages. Les codes du récit de voyage, genre alors en développement, sont utilisés et mêlés à ceux de l’épopée, ainsi qu’à ceux de la comédie farcesque populaire comme en témoignent les prénoms des personnages, fantaisistes et qui renvoient d’emblée le lecteur au folklore espagnol[1]. Au cours de son voyage, Pedro montre qu’il est doté d’un véritable don pour l’apprentissage des langues, alors qu’il doit notamment apprendre le turc afin d’être maître de son destin et de se soustraire à sa condition première de prisonnier. Les seules scènes d’apprentissage de la langue ont lieu lorsque le personnage est en tête à tête avec des femmes. 

            La Peregrinação, écrite à la fin du XVIe siècle par Fernão Mendes Pinto et publiée en 1614, relève du récit de voyage stricto sensu : le narrateur conte à la première personne un voyage que l’auteur a réellement effectué. Néanmoins, le caractère autobiographique de l’œuvre n’empêche pas la présence d’une part de fiction et une reconstruction picaresque du protagoniste, ce que la réception du texte a cristallisé dans le jeu de paronymie plaisant : « Fernão, mentes ? Minto »[2] (Fernand, tu mens ? Oui bien sûr). Le personnage parcourt mers et pays orientaux, depuis la côte de l’Arabie jusqu’au Japon, en passant par l’Inde et la Chine, ainsi qu’une île imaginaire merveilleuse, Calemplui. Ici encore, les errances du personnage rendent nécessaire l’apprentissage des langues et notamment du chinois, le personnage étant fait captif en Chine, et du japonais, puisqu’il suit saint François-Xavier dans l’archipel. Les femmes ont chaque fois un rôle primordial dans cet apprentissage. 

            Enfin, le Voyage de Pyrard de Laval, publié en 1619, s’intègre dans une veine plus scientifique voire encyclopédique du récit de voyage. L’auteur veille à décrire avec précision les régions traversées au cours de son voyage qui le voit s’échouer sur l’archipel des Maldives puis reprendre la mer pour se rendre en Inde. L’édition de 1619 de son œuvre est ainsi accompagnée d’un Dictionnaire de la langue des Maldives, d’un Traité des animaux, arbres et fruits, ou encore d’un manuel maritime, l’Avis pour se rendre aux Indes orientales. L’auteur, qui porte un véritable intérêt linguistique pour la langue des Maldives, conte comment il l’a apprise auprès de femmes. 

            Nous le voyons, malgré la diversité générique, géographique et linguistique de nos œuvres, les femmes sont très fréquemment présentes dans les moments d’apprentissage des langues. Aussi nous demandons-nous ici comment ces interactions sont représentées et quels rapports de force, sociaux et genrés, s’établissent dans la relation d’apprentissage. En d’autres termes, il s’agit d’étudier comment est mis en avant le rôle des femmes dans ces situations d’apprentissage linguistique, en tant que ce rôle est à la fois une réalité socio-historique[3] et le fruit de projections des imaginaires liés à la séduction et à la conversation. 

Des personnages féminins de premier plan dans les sociétés décrites : un rôle d’intermédiaire

            Si les femmes sont présentes lors des situations d’apprentissage, c’est qu’elles participent aux dialogues avec les étrangers et ne sont pas maintenues dans un espace privé. Dans notre texte portugais, le narrateur note qu’un rôle diplomatique, réservé aux hommes en Europe, leur est volontiers confié. Alors qu’il vient de raconter l’ambassade entre deux femmes qui cherchent à éviter un conflit entre deux rois en Chine, il explique :

E para que se saiba a razão por que este recado veio mais por mulher que por homem, se há de saber que foi sempre costume antiquíssimo dos reis destes reinos, desde o princípio deles, tratarem as coisas de muita importância, e em que se requer paz e concórdia, por mulheres, e isto não somente nos recados particulares que os senhores mandam aos vassalos, como foi este agora, mas também nos negócios públicos e gerais que uns reis tratam com os outros por suas embaixadas ; e dão isto por razão que ao género feminino, pela brandura da sua natureza, dera Deus mais afabilidade e autoridade, e outras partes, para se lhe ter mais respeito que aos homens, porque são secos, e por essa razão menos agradáveis à parte onde se mandam.[4]

Et pour qu’on sache la raison pour laquelle ces honneurs sont plus importants pour les femmes que pour les hommes, il faut savoir que ce fut toujours une très ancienne coutume des rois de ces royaumes, depuis qu’ils existent, que de faire traiter les choses de grande importance, et dans laquelle la paix et la concorde sont nécessaires, par des femmes, et ceci non pas seulement pour les sujets particuliers comme celui-ci pour lesquels les seigneurs envoient les vassaux, mais également pour les négociations publiques et générales que les rois traitent entre eux par ambassades ; et ils expliquent ceci par le fait que Dieu a donné plus d’affabilité, d’autorité et d’autres qualités au genre féminin, par la douceur de sa nature, ce pour quoi elles ont plus de respect que les hommes, qui sont secs, et sont pour cette raison moins agréables dans les endroits où ils sont envoyés. 

Ce passage s’insère dans les attendus du récit de voyage, qui doit décrire, détailler et expliquer les coutumes étranges aux yeux du voyageur et de son lecteur, dans une perspective qui se veut ici ethnographique. Ce rôle de premier plan est expliqué par des arguments qui essentialisent ce qui serait une nature féminine, plus douce, qui permettrait d’éviter les conflits. Le narrateur, en justifiant la présence de ces femmes lors des négociations entre royaumes, rend crédibles les nombreuses rencontres qu’il fait avec d’autres ambassadrices, qui lui apprennent peu à peu à parler la langue par leurs conversations répétées. En effet, l’apprentissage des langues n’est jamais raconté en tant qu’événement autonome, il a toujours lieu au détour de situations quotidiennes, d’interactions sociales lors desquelles le sujet qui veut apprendre une langue étrangère doit s’adapter à la situation de communication. 

            Les femmes sont par ailleurs des personnages qui font volontiers figure d’intermédiaires : leur condition sociale, mais aussi la langue qu’elles parlent, peuvent fluctuer au fil de divers événements (mariage, veuvage, conquêtes des terres où elles vivent par de nouveaux peuples allophones par exemple). En effet, Sanjay Subrahmanyam le rappelle, lors des conquêtes européennes dans les pays asiatiques, les colons qui souhaitent s’installer sur les nouvelles terres tuent les hommes présents, surtout s’ils sont musulmans, mais épargnent, le plus souvent, la vie des femmes. Ils peuvent dès lors les épouser et deviennent ce que l’on appelle des casados[5], catégorie sociale d’Européens qui changent d’identité par le mariage. La perspective de transformations identitaires, sociales et linguistiques pèse dès lors particulièrement sur les personnages féminins, ce qui en fait des miroirs des protagonistes de nos textes dans la mesure où le voyageur se situe à la frontière entre différents mondes sociaux, géographiques et linguistiques, et dans une perpétuelle oscillation identitaire et diégétique. La rencontre de Mendes Pinto avec une femme qui lui parle d’abord en chinois est ainsi significative :

levantando as mãos para o céu, disse alto : « Padre nosso, que estás nos Céus, santificado seja o teu nome », e isto disse na linguagem portuguesa ; e tornando logo chim, como que não sabia mais do português que estas palavras, nos pediu muito que lhe disséssemos se éramos cristãos, a que todos respondemos que sim […][6]

levant les mains au ciel, elle dit haut et fort : « Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié », et dit cela en langue portugaise ; puis revenant au chinois, car elle ne savait rien d’autre en portugais que ces mots, elle nous demanda de lui dire si nous étions chrétiens, ce à quoi nous répondîmes tous que oui […]

Ce personnage utilise l’alternance codique (code switching) dans une conversation où le portugais est dédié à la religion et ne prend le relais de sa langue maternelle, le chinois, que dans ce cadre précis. Il s’agit de montrer que l’entreprise d’évangélisation des peuples asiatiques, menée par la couronne portugaise, porte ses fruits, mais aussi de souligner combien le personnage féminin, en miroir du voyageur, est perméable aux langues étrangères, ce qui en fait un interlocuteur privilégié pour le protagoniste. Le narrateur refuse de conter des anecdotes qui laisseraient la place à l’érotisme et à la sensualité, car laisser penser que l’auteur-personnage aurait pu avoir des relations de séductions avec des femmes ferait peser des soupçons quant à la vérité de son récit. Le Voyage de Pyrard de Laval refuse également de montrer le personnage en situation équivoque franche, mais souligne tout de même l’importance des interlocutrices dans l’apprentissage de la langue, et érotise certaines femmes rencontrées en Inde et aux Maldives.

Érotisation de la conversation et du rapport linguistique

            Pyrard de Laval note volontiers les conversations répétées qu’il a avec des personnages, majoritairement des femmes, dans la mesure où cela lui permet d’acquérir la langue locale. La conversation, relation linguistique qui s’instaure entre les personnages, n’est pas exempte d’érotisme, comme c’est le cas dans la description de la reine de Calicut, l’actuelle Kozhikoze, en Inde. 

[La reine de Calicut] est nue de la ceinture en haut comme toutes les autres femmes, et toute couverte partout de divers joyaux d’or, perles et pierreries, comme sont toutes les autres femmes tant grandes que petites, ainsi que j’ai souvent remarqué en parlant à elles. Et elles avaient autant de curiosité de me voir et parler, comme moi à elles, car durant tout le temps que j’ai demeuré en cet État de Calicut, j’ai toujours fait ma demeure à la cour, où j’étais fort aimé et chéri du roi et de tous les seigneurs et gentils de la cour.[7]

Le corps de la reine est traité comme un objet exotique et érotique, dans des interactions où vue et parole vont de pair et créent un plaisir partagé à interagir. La coordination des verbes voir et parler, ainsi que le chiasme pronominal entre les femmes (« elles ») et le personnage (« me », « comme moi ») en témoignent. Le terme de « curiosité » convoque ainsi, en filigrane, libido sciendi et libido sentiendi dans ces conversations.

Le Viaje de Turquía souligne également les rapports érotiques qui peuvent s’installer lors des conversations qui mènent à l’apprentissage d’une langue. Dans une scène où le personnage, Pedro, soigne la sultane en Turquie, il raconte ainsi : 

llegué a su cama, en donde, como tengo dicho, son tan celosos que ninguna otra cosa vi sino una mano sacada, y a ella le habían echado un paño de tela de oro por ençima, que la cubría toda la cabeza.[8]

j’arrivais à son lit où, comme je l’ai dit, ils sont si jaloux que je ne vis rien d’autre qu’une main, et on avait mis sur la sultane un voile de tissu d’or, qui lui recouvrait toute la tête. 

Cette scène d’auscultation est aussi une scène d’apprentissage linguistique et d’érotisation de la conversation qui joue sur le dévoilement du corps de la patiente. D’abord couverte d’un voile, la sultane le remonte un peu sur son visage pour voir Pedro sans être vue, puis elle finit par enlever complètement le voile de son visage lorsque le prétendu médecin lui demande de lui montrer sa « langue ». Au moment où le protagoniste lui demande de montrer cet organe de la parole, elle commence à s’adresser à lui en turc, ce qui marque la première prise de parole du personnage en turc dans la mesure où il balbutie quelques mots de réponse en essayant de s’adapter pour mener à bien l’auscultation. 

La matérialité du corps féminin est largement prise en compte dans les récits de conversations. L’apprentissage s’effectue en effet à l’oral et au sein du dialogue, si bien qu’apprentissage, langue nouvelle et corps des interlocuteurs ne peuvent être dissociés. La recherche de descriptions érotiques plaisantes motive en partie le récit des conversations et de l’apprentissage progressif qu’elles permettent. Raconter comment une langue a été apprise semble en effet plus attrayante pour le lecteur lorsqu’il s’agit, en parallèle, d’une scène de séduction en puissance. Les anecdotes dans lesquelles interviennent les femmes peuvent aller jusqu’au sexuel, ce qui satisfait la curiosité du lecteur mais souligne également combien l’apprentissage d’une langue étrangère peut transformer en profondeur l’identité d’un personnage. 

L’anecdote sexuelle en contexte d’apprentissage : plaisir et altération[9]

Si la reine de Calicut peut être érotisée dans le texte de Pyrard de Laval, le personnage-narrateur ne peut être placé dans des relations trop intimes avec les personnages d’étrangères : cela ferait peser des doutes quant à la véracité de son propos dans la mesure où cet auteur français qui s’adresse à un public français deviendrait lui-même étranger, et sa parole suspecte. Dès lors, les anecdotes mentionnant des relations charnelles entre personnages de peuples divers doivent concerner des tiers. C’est le cas dans le récit de la vie d’un marchand de Cochin, ville indienne. 

Il y avait huit ans entiers qu’il allait et venait par ces îles où il avait toujours logis, facteurs et serviteurs domestiques ; il parlait fort bien la langue et enfin était naturalisé. Or il fut un jour surpris couché avec une femme de ces îles. Il y avait six mois qu’il l’entretenait, et elle était une pauvre servante. Il fut donc mené avec elle par ceux de la justice au grand pandiare, auquel il dit qu’on ne lui fît point de mal, et qu’il désirait se rendre de leur loi et qu’il épouserait cette femme. Ce qu’il fit, et il se rendit mahométan, et il y a apparence qu’il en avait envie il y avait longtemps, pour ce qu’il devait force argent à Cochin, d’où il fit banqueroute.[10]

Ce marchand a appris la langue des Maldives, ce qui constitue le point de départ à sa naturalisation et à sa transformation identitaire complète, qui est ensuite parfaitement achevée lorsqu’il est surpris dans le lit d’une femme des Maldives. Ce récit est aussi une manière pour Pyrard de Laval de se légitimer, en miroir, en tant qu’auteur. Il a lui aussi appris la langue des Maldives mais souhaite faire de cet apprentissage une preuve de précision pour la description de l’archipel plutôt qu’un aspect qui le rapprocherait trop de l’altérité et le rendrait suspect aux yeux du lecteur français. Cela rejoint la crainte de l’altération qui pèse toujours sur le voyageur, et plus encore lorsque celui-ci apprend la langue de l’étranger. Émilie Picherot[11] remarque ainsi que « la langue dans les représentations qu’elle véhicule sur elle-même ou que les autres sphères linguistiques portent sur elle, est investie de pouvoirs culturels susceptibles d’agir sur celui qui la pratique ». L’altération est donc « la contamination par un hypothétique pouvoir talismanique de la langue », qui altèrerait l’identité du sujet, c’est-à-dire qui le ferait devenir autre. L’altération intervient dans tous les cas dans le processus d’apprentissage et est pris en mauvaise part en ce qu’il incarne un risque culturel et religieux, que la relation sexuelle avec une femme étrangère parachève. 

À l’inverse, aucun péril de cet ordre ne pèse sur Pedro dans le Viaje de Turquía, puisque le récit, s’il joue avec les codes du récit de voyage, se revendique explicitement comme une fiction à part entière. Les scènes explicitement sensuelles avec des femmes ne remettent pas en cause l’identité ni les paroles du personnage-narrateur. Une auscultation donne ainsi lieu à un quiproquo linguistico-sexuel du fait de sa maîtrise imparfaite du turc :

Curaba un día una señora muy hermosa y rica, y estaban con ella muchas otras que la habían ido a visitar, y estaba ya mejor, sin calentura. Preguntóme qué çenaría. Yo, de puro agudo, pensando saver la lengua, no quise esperar a que el interprete hablase por mí, y digo: Ya señora, vuestra merçed está buena, y comerá esta noche unas lechugas cozidas y echarles ha ençima un poco de azeite y vinagre, y sobre todo esto pirpara zequier.
MATA. – ¿Qué es zequier
PEDRO. – El azúcar se llama gequier, y el açeso que el hombre tiene a la muger, zequier; como no difieren en más de una letra, yo le quería dezir que echase ençima azúcar a la ensalada, díxele que se echase un hombre a cuestas. […] Las damas, muertas de risa, nunca hazían sino preguntarme: ¿ne ? que quiere dezir ¿ qué ? Yo replicar: Señora, zequier : hasta que el intérprete les dixo : Señoras, vuestras merçedes perdonen, que él quiere dezir azúcar, y no sabe lo que se diçe. En buena fe, dixeron ellas, mejor habla que no vos. Y quando de allí en adelante iba, luego reían y me preguntaban si quería zequier.[12]

Je soignais un jour une femme très belle et riche, et il se trouvait alors avec elle beaucoup d’autres femmes qui étaient venues lui rendre visite. Elle se remettait déjà et n’avait plus de fièvre. Elle me demanda ce qu’elle devait diner. Moi, très spontanément car je pensais savoir parler la langue, je ne voulus pas attendre que l’interprète ne parle pour moi, et je dis : Vous êtes déjà, Madame, mieux, et vous mangerez ce soir de la salade cuite avec un peu d’huile et de vinaigre, et sur tout cela vous ajouterez du zequier
MATA. – Qu’est-ce que le zequier ?
PEDRO. – Le sucre se nomme gequier, et le rapport charnel que l’homme a avec la femme, zequier ; comme les deux mots ne diffèrent que d’une lettre, je voulais lui dire qu’elle saupoudre la salade de sucre, et je lui dis de coucher avec un homme. […] Les dames, mortes de rire, n’arrêtaient pas de me demander : ne ? ce qui veut dire : quoi ? Et je répondais : Madame, zequier : jusqu’au moment où l’interprète leur dit : Mesdames, pardonnez-lui, car il veut dire sucre et ne sait pas ce qu’il dit. En toute bonne foi, dirent-elles, mieux vaut qu’il parle plutôt que vous. Et quand plus tard je revenais chez elle, ces femmes riaient et me demandaient si je voulais zequier

Le narrateur n’hésite pas à répéter le terme désignant le coït à cinq reprises, contre une seule occurrence pour le sucre, ce qui témoigne d’un véritable plaisir à faire résonner le signifiant mais aussi à insister de façon comique sur ce quiproquo. C’est finalement ce terme qui est martelé et pourra être retenu par le lecteur. L’un des interlocuteurs de Pedro commente cette anecdote en disant : « El mejor alcagüete que hay para con damas es no saver su lengua ; porque es lízito dezir quanto quisiérdes, y tiene de ser perdonado » (« le meilleur entremetteur avec ces dames, c’est de ne pas savoir parler leur langue ; parce que cela peut être avancé si nécessaire, et cela sera toujours pardonné »). Le jeu linguistique et la mauvaise compréhension qui peut intervenir lors de l’apprentissage linguistique peuvent donc être utilisés à des fins intéressées, galantes voire sexuelles et servir de stratégie lorsque le personnage s’en saisit et les maîtrise, en feignant seulement la mécompréhension. 

Les différences de modalités représentatives des femmes en contexte d’apprentissage sont en grande partie liées aux différences génériques de nos textes : la genèse ainsi que le public et les objectifs politiques visés les expliquent en partie. La corporéité associée à la langue et aux situations sociales d’apprentissage de la langue favorise le récit de scènes d’interaction entre voyageurs et femmes. Ces scènes sont alors façonnées selon une poétique propre mais aussi des objectifs politiques et énonciatifs : si le personnage parvient à parler aux femmes, c’est qu’il a réussi à pénétrer dans la sphère privée de la société étrangère et qu’il en possède donc une connaissance approfondie, que son texte peut relayer, en particulier dans nos textes français et espagnol. L’apprentissage des langues, en tant que situation sociale, fait en outre intervenir des rapports de domination sociale, linguistique et de genre, mais c’est peut-être la possibilité de représenter les personnages féminins et de façonner les récits de ces rencontres et conversations qui constitue, dans nos textes, espaces discursifs hégémoniques[13], le rapport de force fondamental entre femmes et voyageurs.

Bibliographie

Allaigre Claude et Jean-Marc Pelorson (éd.), Voyage en Turquie : Dialogue entre Pierre de Méchantour, Jean d’Escroquendieu et Dédé Couandouce, Saint-Denis, Editions Bouchène, coll. « Collection Mediterranea », 2013.

Almeida Isabel (éd.), Peregrinaçam, 1614, Lisbonne, Centro de Estudos Clássicos, 2017.

Antoine Philippe, « Une littérature légèrement fictive », Viatica [en ligne], no 7, 2020 (en ligne : http://revues-msh.uca.fr/viatica/index.php?id=1287 ; consulté le 31 mars 2022).

Bataillon Marcel, Les manuscrits du Viaje de Turquía, Bucarest, Ed. de l’académie de la République socialiste de Roumanie, 1971.

García Salinero Fernando (éd.), Viaje de Turquía: la odisea de Pedro de Urdemalas, Cátedra, Madrid, coll. « Letras hispánicas », no 116, 1995.

Lardon Sabine et Michèle Rosellini (éd.), L’imaginaire des langues. Représentations de l’altérité linguistique et stylistique (XVIe-XVIIIe siècle), Cahiers du Gadges, Lyon, 2018.

Mendes Pinto Fernão, Primeira obra de aventura e contactos intercivilizacionais, Amélia Polónia (éd.), Lisboa, Círculo de Leitores, 2018.

Mendes Pinto Fernão, Peregrinação e outras obras, António José Saraiva (éd.), Lisboa, Sá da Costa Editora, 1961, 4 vol.

Ortola Marie-Sol (éd.), Viaje de Turquía: Diálogo entre Pedro de Hurdimalas y Juan de Voto a Dios y Mátalas Callando, que trata de las miserias de los cautivos de turcos y de las costumbres y secta de los mismos haciendo la descripción de Turquía, Madrid, Editorial Castalia, coll. « Nueva biblioteca de erudición y crítica 16 », 2000.

Pyrard François, Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales, 1601-1611. Suivi en annexe de La relation du voyage des Français à Sumatra: contenant sa navigation aux Maldives, Moluques, Brésil ; les divers accidents, aventures & dangers qui lui sont arrivés en ce voyage ; avec un petit dictionnaire de la langue des Maldives ; un traité des animaux & plantes des Indes, plus un bref avertissement & avis pour ceux qui entreprennent le voyage des Indes orientales, François Martin, Xavier de Castro et Geneviève Bouchon (éd.), Paris, Chandeigne, coll. « Collection Magellane », 1998.

Pyrard François, Voyage de François Pyrard de Laval contenant sa navigation aux Indes Orientales, Maldives, Moluques, Bresil ; les divers accidens, adventures et dangers qui lui sont arrivez en ce voyage,… [plus un brief advertissement pour ceux qui entreprennent le voyage des Indes.] 3e et dernière édition revue, corrigée et augmentée… avec un petit dictionnaire de la langue des Maldives, Samuel Thiboust, Paris, 1619.

Subrahmanyam Sanjay, Comment être un étranger : Goa-Ispahan-Venise, XVIe-XVIIIe siècles, Myriam Dennehy (trad.), Paris, Alma, 2013.

Wolfzettel Friedrich, Le discours du voyageur : pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du Moyen âge au XVIII siècle, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives littéraires », 1996.


[1] Voir à ce propos l’introduction et les choix de traduction de l’onomastique dans C. Allaigre et J.-M. Pelorson (éd.), Voyage en Turquie: Dialogue entre Pierre de Méchantour, Jean d’Escroquendieu et Dédé Couandouce, Saint-Denis, Editions Bouchène, 2013.

[2] Expression citée en préface de F. Mendes Pinto, Pérégrination: récit de voyage, R. Viale (éd.), Paris, La Différence, 2002, p. 14 ; et en ouverture de J. M. de Castro, Na senda de Fernão Mendes Pinto, Lisboa, Parsifal, 2013, p. 7.

[3] Voir S. Subrahmanyam, Comment être un étranger: Goa-Ispahan-Venise, XVIe-XVIIIe siècles, M. Dennehy (trad.), Paris, Alma, 2013. 

[4] F. Mendes Pinto, Primeira obra de aventura e contactos intercivilizacionais, Círculo de Leitores, Lisboa, 2018, p. 603. Toutes les traductions sont personnelles. 

[5] S. Subrahmanyam, Comment être un étrangerop. cit.

[6] F. Mendes Pinto, Primeira obra de aventura e contactos intercivilizacionaisop. cit., p. 332.

[7] F. Pyrard, Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales, 1601-1611, F. Martin, X. de Castro et G. Bouchon (éd.), Paris, Chandeigne, 1998, p. 387.

[8] F. García Salinero (éd.), Viaje de Turquía: la odisea de Pedro de Urdemalas, Cátedra, Madrid, 1995, p. 197.

[9] Terme employé par Émilie Picherot dans son inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches soutenue à l’université de Picardie Jules Verne, le 28 janvier 2022 : L’orientalisation de la langue arabe ; connaissance, enseignement et diffusion de l’arabe dans l’Europe occidentale de la première modernité (1500-1550).

[10] F. Pyrard, Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales, 1601-1611. Suivi en annexe de La relation du voyage des Français à Sumatraop. cit., p. 283.

[11] Dans son inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches cité plus haut, p.441. 

[12] F. García Salinero (éd.), Viaje de Turquíaop. cit., p. 480.

[13] Notion reprise de Mathilde Mougin, « La réduction de l’Amérindien dans l’espace hégémonique du récit de voyage chez Léry (1578) et Lescarbot (1609) in Émilie Boyer, Carla Fransisco (dir.), Altérité et marginalité. La reprséntation des autochtones et des Noirs en Amérique latine, Cahiers d’études romanes n°43, Centre Aixois d’Études Romanes, 2021, p. 19-35, qui considère que le récit de voyage en général est un espace discursif dans lequel le locuteur a tout pouvoir de relecture, représentation voire recréation des événements et des êtres. 



Citer ce billet
Christophe Cusset (2022, 5 décembre). Raconter l’apprentissage des langues. La place de la conversation avec les femmes dans trois récits de voyage vers l’Orient (Peregrinação de Fernão Mendes Pinto, 1614 ; Le Voyage de Pyrard de Laval 1619 ; Viaje de Turquía 1550 environ). CAELum. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofaj

Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Une réflexion sur « Raconter l’apprentissage des langues. La place de la conversation avec les femmes dans trois récits de voyage vers l’Orient (Peregrinação de Fernão Mendes Pinto, 1614 ; Le Voyage de Pyrard de Laval 1619 ; Viaje de Turquía 1550 environ). »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search