Incipit epistola X ad Y. Débats sur l’attribution de lettres de l’Antiquité tardive : un exemple

Guillaume Bankowski

4e journée Arts et Lettres du Département des Lettres et Arts (9 juin 2023)

            Les collections de l’Antiquité tardive occupent, dans un panorama général de la littérature latine, une place bien spécifique. Ces collections, qu’elles soient liturgiques, hagiographiques, conciliaires ou épistolaires, regroupent un grand nombre de textes différents, d’auteurs différents : c’est l’apparition progressive du codex dans les premiers siècles de notre ère qui favorise cette innovation. L’intérêt pour la compilation de recueils reste vivace au début du Moyen Âge jusqu’à l’époque carolingienne, véritable âge d’or des collections. C’est pourquoi celles-ci sont le plus souvent compilées une premières fois, puis complétés au fil du temps, ce qui signifie que leurs contextes – sociaux, culturels et politiques – de compilation sont multiples et variés. Les recueils, dans lesquels on a longtemps puisé les textes que l’on éditait et transmettait indépendamment, sont assurément le lieu de sauvegarde de pièces importantes ; on y trouve des documents qui n’ont pas été transmis par d’autres voies, et nous sont connus uniquement grâce la collection qui les contient. Ces compilations forment pourtant aussi le terrain idéal pour toutes sortes d’interpolations, de falsifications et d’attributions erronées, qui posent aujourd’hui aux historiens et aux philologues autant de problèmes à résoudre. Par conséquent, elles constituent un champ de recherche qui fait désormais l’objet d’une attention accrue[1]. Si l’on se souciait auparavant essentiellement des textes, dans lesquels on voyait des sources primaires d’une importance capitale pour l’historien, on perçoit cependant désormais toujours plus – en histoire comme en philologie – l’intérêt des collections elles-mêmes.

            Ces altérations et falsifications sont surtout visibles dans les paratextes qui accompagnent généralement les documents contenus dans les collections, et dont la forme la plus réduite et la plus commune, dans le cas des recueils épistolaires, donne son titre à cette intervention. C’est également à ces paratextes que l’on distingue les variations locales, souvent politiquement motivées, d’une même collection[2].

            Comme ces recueils sont transmis par des codices médiévaux qui n’ont bien souvent été étudiés que pour leur contenu textuel, sans que l’on portât de véritable attention ni à l’unité sémantique que forme une collection, ni à ses mutations éventuelles, ni à ses rédactions locales, ni même à ses critères de classement, on continue de rencontrer, dans la littérature scientifique, une difficulté de lexique qui n’a, à mon sens, toujours pas été résolue : il arrive que le terme de collection – que l’on privilégiera pour désigner une œuvre, certes hétérogène, composée de plusieurs textes, mais obéissant cependant à un ou plusieurs principe(s) d’organisation interne et servant une ou plusieurs intention(s) – y soit employé pour celui de manuscrit – qui qualifie, d’un point de vue strictement codicologique, l’unité physique contenant les textes ou la collection –, ou inversement.

            La collection que j’étudie, parfois connue en français sous l’appellation de « lettres d’Arles », mais essentiellement transmise par la tradition manuscrite sous le titre de Liber auctoritatum[3], et intitulée Epistulae Arelatenses dans les éditions modernes, renferme, pour la plupart, des décrétales, c’est-à-dire des épîtres papales qui font et qui sont à elles-mêmes le droit de l’Église, puisque « [leur] présence dans une collection canonique suit parfois à [les] présenter comme [des] texte[s] faisant jurisprudence[4] ». Les 57 lettres du recueil couvrent une période qui s’étend du pontificat de Zosime (417-418) à celui de Pélage Ier (556-561). La dernière édition en date remonte à 1892 ; elle a été publiée par W. Gundlach dans le troisième tome de la série Epistolae des Monumenta Germaniae Historica (MGH), imposante et prestigieuse collection de sources textuelles tardo-antiques et alto-médiévales[5]. Il existe du Liber auctoritatum de l’Église d’Arles quatre témoins manuscrits quasiment complets, qui correspondent en somme à quatre codices parisiens, conservés à la Bibliothèque nationale de France ; il faut néanmoins y ajouter bon nombre de témoins partiels – dont tous n’ont pas encore été identifiés ! – qui ne sont pas à proprement parler des manuscrits de la collection, mais qui n’en transmettent que quelques pièces isolées. Les témoins de ce type revêtent une importance fondamentale pour l’étude des collections, alors même qu’ils n’ont, la plupart du temps, pas été pris en compte – si ce n’est délibérément ignorés –, du fait justement de leur nature incomplète et fragmentaire.

            C’est l’un de ces témoins partiels des Epistulae Arelatenses, le manuscrit Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 212 (fin du VIe – VIIe siècle, d’origine française, et peut-être lyonnaise) (fig. 1), qui se trouve au cœur de mon travail. J’y examine aussi un autre codex de la bibliothèque diocésaine de Cologne, qui ne transmet qu’une seule des « lettres d’Arles », le codex 91. Ma problématique est double : le manuscrit Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 212 constituant à ce jour le plus ancien témoin connu de la collection, j’interroge d’abord l’existence même de la collection en tant que telle à aussi haute époque ; je me demande ensuite, dans le cas où l’on ne trouverait pas de traces de ce recueil comme unité systématique et sémantique à cette date-là, si les quelques épîtres contenues dans le codex 212 peuvent constituer le noyau primitif du Liber auctoritatum d’Arles. Les pièces qui posent le plus de problèmes philologiques et historiques sont aussi celles qui fournissent le plus d’indices afin de répondre à ces interrogations. Je propose d’observer ce phénomène à la lumière de la lettre qui porte, dans l’édition de W. Gundlach, le numéro 34/35. Le double intitulé suggère déjà qu’il est aujourd’hui possible de préciser l’étude, l’attribution et l’édition du texte.

fig. 1 : Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 212 (fin du VIe – VIIe siècle, d’origine française, et peut-être lyonnaise) (photographie G. Bankowski)

Les évêques des Gaules, parmi lesquels Césaire, le plus charismatique des évêques d’Arles et le plus connu d’entre eux, avaient écrit au siège apostolique pour demander la condamnation de Contuméliosus, évêque de Riez, en raison d’une faute qui n’est pas précisée. La collection des « lettres d’Arles » consacre trois missives à cette affaire, les lettres 32 à 34 de l’édition de W. Gundlach, qui ont toutes été rédigées au mois d’avril 534. Dans la lettre 32, datée du 7 avril, le pape Jean II, dont le pontificat s’étend de 533 à 535, s’était référé pour la première fois à ce problème et avait, en réponse aux inquiétudes de l’épiscopat, décrété que Contuméliosus devait être suspendu, relégué dans un monastère et qu’un administrateur provisoire (uisitator) devait être nommé à sa place. C’est ce qu’il confirme à nouveau dans la lettre 34, quoique le contenu de celle-ci ne soit pas aussi univoque qu’il n’y paraît.

Cette lettre, qui – si on la considère comme un tout et que l’on s’appuie sur l’édition de W. Gundlach – est la plus longue du recueil, mérite une attention particulière. Il convient avant tout de remarquer que la lettre de Jean II est éditée par W. Gundlach avec une autre missive, que le philologue allemand attribue à Césaire, et dans laquelle le prélat arlésien encouragerait les évêques des Gaules à ne pas se montrer trop intransigeants dans l’application de la loi canonique et dans la condamnation des coupables[6]. La pièce qui porte le double numéro 34/35 dans l’édition de 1892 possède donc une structure complexe. Qui plus est, cette structure ne correspond aucunement à celle des textes dans les deux manuscrits de Cologne que j’étudie. Cette triple répartition peut être synthétisée grâce au tableau suivant (fig. 2) :

fig. 2 : tableau synthétique reprenant la structure complexe de la lettre 34/35

En somme, chez W. Gundlach, la lettre se compose de deux parties principales – la lettre de Jean II et la réponse de Césaire – entre lesquelles est insérée une brève anthologie de citations canoniques, conçue comme petit code de jurisprudence dans l’affaire en question. Outre la troisième partie, potentiellement rédigée par Césaire, c’est également l’attribution de ce florilège qui demeure incertaine, et il faut ici accorder une importance particulière aux paratextes, qui jouent, on l’a dit, un rôle essentiel dans les collections et dans leur constitution.

Commençons par l’anthologie, qui intervient la première dans l’édition de 1892. La première pièce qui la compose est une lettre du pape Sirice, dont le pontificat s’étend de 384 à 399. Elle sanctionne les erreurs commises par les hommes d’Église (« […] aliquanti, de quibus loquimur, ut tua sanctitas rettulit, ignoratione lapsus (pour lapsos) esse se deflent […] »), tout en envisageant la possibilité d’une réparation (« his […] misericordiam dicemus non negandam »). Elle concorde donc parfaitement avec l’avis émis par Jean II au début de sa lettre. L’étude de cette missive-là porte encore en elle d’autres complications. Dans le manuscrit Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 212 tout comme dans l’édition de W. Gundlach, elle est accompagnée d’un paratexte (« Epistula sancti Syrici papae urbis Romae […] »). Cependant, dans le codex, elle porte également un numéro (46) ; or, c’est là ce qui, d’ordinaire, permet de repérer les différentes pièces et les différents textes canoniques indépendants qui composent le codex (fig. 3)

fig. 3 : Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 212, f. 127r (photographie G. Bankowski)

On peut donc déjà douter que le florilège de citations constitue un ensemble clos, uniforme, dû au travail de compilation d’un seul individu. Par ailleurs, si l’on tente, sur la base de l’édition de 1892, de déterminer qui est l’auteur de cette anthologie, on se heurte à deux informations contradictoires : la première formule de transition indique « Hii tetuli cannonum, quos nobis suprascriptus sanctus et domnus meus Iohannis, papa sedis apostholicae, cum praefata auctoritate direxit. » (Voici les intitulés des canons que le précité saint Jean, notre Seigneur, pape du siège apostolique, nous a adressés, fort de l’autorité mentionnée plus haut.). Dans la seconde, en revanche, on peut lire : « Explicunt tituli canonum ad sanctum Iohannem papa [sic] transmissi. ». Cette dernière est bien plus étonnante. Premièrement, elle contient, sous cette forme, un solécisme, même si W. Gundlach indique dans l’apparat critique une abréviation qu’il a peut-être mal déchiffrée[7]. Deuxièmement, elle entre en contradiction avec la première : l’auteur du florilège ne serait plus Jean II, mais Césaire, qui est le destinataire de la première partie et, rappelons-le, le rédacteur de la dernière, selon l’éditeur des MGH.

Enfin, le troisième argument consiste à comparer l’enchaînement des derniers canons cités et le début de la troisième partie dans le manuscrit 91 de Cologne. Pour simplifier le raisonnement, j’attribue les lettres suivantes aux deux dernières citations du florilège et à la troisième partie de la lettre, d’attribution douteuse (fig. 4) :

fig. 4 : structure textuelle de la fin du florilège de citations et du début de la troisième section dans l’édition de W. Gundlach

W. Gundlach affirme dans l’apparat critique[8] que l’enchaînement des textes dans le codex 91 est le suivant : B – C. Or, en réalité, il est le suivant : paratexte attribuant la lettre à Hormisdas – A – C (fig. 5). Trois remarques s’imposent donc : il manque, dans le codex 91, l’une des deux dernières composantes du florilège ; celle qui demeure est intégrée au second pan de l’épître 34/35 ; le paratexte qui attribue cette dernière à Hormisdas plutôt qu’à Césaire ou à Jean II est pour le moins surprenant. Par ailleurs, l’édition de 1892, qui s’appuie essentiellement sur les quatre manuscrits parisiens qui transmettent l’ensemble de la collection (ou presque) comme telle, considère que l’extrait B est issu du concile d’Épaone 517[9], alors qu’un coup d’œil aux actes du concile de Marseille 533, qui s’est tenu quelques mois avant la lettre de Jean II et qui était lui aussi consacré à l’affaire « Contuméliosus de Riez », permet de constater que cet extrait-là (B) remonte déjà au concile d’Orange 442[10]. On voit à quel point les citations canoniques étaient utilisées, et réutilisées, à plusieurs reprises, pour différentes causes. Ce travail permet d’entrer non seulement dans la forge de chacun des auteurs représentés dans la collection, mais aussi dans les bureaux de la chancellerie papale, pour découvrir les méthodes d’analyse, de citation et de formulation des secretarii (scribes, chanceliers) ou notarii (greffiers) pontificaux[11]. Dans mon cas, tout porte à nouveau à croire que le florilège n’existait pas comme tout immuable au moins jusqu’à la date de composition du manuscrit 212 (590-604), voire même jusqu’à celle où le manuscrit 91 a été copié (fin du VIIIe siècle). Il pourrait s’agir d’une « invention » – pour le bien de la démonstration – des principaux manuscrits parisiens, dont le plus ancien date du IXe siècle.

fig. 5 : Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 91, f. 77v (numérisation Dombibliothek)

            Reste à aborder l’épineuse question de l’attribution de la dernière partie de la lettre (n° 35 chez W. Gundlach). Comme on l’a vu, le second codex colonais, le manuscrit Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek, 91, l’attribue à Hormisdas. On se heurte à deux problèmes. D’abord, le paratexte lui-même est suspicieusement bref (« Incipit epistula Hormisde pape per uniuersis prouinciis. »). En règle générale, le syntagme per uniuersis prouinciis se rapporte aux évêques « qui sont dans toutes les provinces » et à qui la lettre est destinée ; or, ceux-ci ne sont pas mentionnés ici, ni sous le vocable commun d’episcopis, ni même nominatim. Le second obstacle est d’ordre chronologique : Hormisdas a été pape de 514 à 523, soit presque vingt ans avant la lettre de Jean II, auquel il est supposé répondre. J’écarte cette possibilité. La lettre pourrait alors être de la plume de Jean II, et ne former qu’un tout avec la première partie : pourquoi, dans ce cas, la mention « a sancto Iohanne papa transmissi » une ligne après le début de cette section[12] ? J’écarte également cette possibilité. Il en reste alors deux : soit la missive est réellement due à Césaire, soit elle constitue un ajout plus tardif de la chancellerie pontificale. Cette dernière hypothèse est inspirée des travaux de S. Gioanni, qui a démontré que plusieurs arguments « milit[ai]ent pour une implication directe de la chancellerie pontificale dans la constitution de ce Liber auctoritatum[13] ». Ces indices se fondent, entre autres, sur le contenu de certaines lettres de la collection, qui ne semblent pas défendre aussi directement qu’on le croirait les intérêts arlésiens[14], et sur la part réservée aux lettres de Césaire dans la collection, réduite à la portion congrue : un compilateur arlésien défendant les droits ecclésiastiques du siège d’Arles aurait sans doute inséré bien plus de missives du plus grand évêque de la métropole, qui avait même reçu le pallium de la part de Symmaque[15]. Or, ici aussi, le contenu de la première partie n’est pas directement « pro-arlésien », puisqu’il envisage la possibilité d’une réparation et d’une pénitence de Contuméliosus, alors même que Césaire s’était prononcé en faveur d’une condamnation bien plus radicale. Pourtant, on l’a dit, l’auteur de la troisième section encourage les évêques des Gaules à ne pas se montrer trop intransigeants dans l’application de la loi canonique et dans la condamnation des coupables : son attribution à Césaire pose donc un problème de logique. En revanche, il est tout à fait possible que la chancellerie pontificale ait rédigé une « réponse factice », destinée à accroître la force de persuasion de la missive Jean II, qui reste brève, surtout à l’aune de l’une des affaires les plus importantes de l’Église au VIe siècle. Les études les plus récentes sur la question des collections de l’Antiquité tardive ont démontré que celles-ci tiraient souvent parti, pour des raisons justement politiques, de traces artificielles d’une « rédaction locale[16] ». On peut alors, dans cette perspective-là, considérer la mention « ad sanctum Iohannem papa [sic] transmissi » comme un ajout ultérieur, qui aurait peut-être pour visée de faire croire à une lettre de Césaire.

Bibliographie succincte et indicative :

Concilium Massiliense (533. Mai. 26.), éd. Charles De Clercq, dans Concilia Galliae a. 314-506, Turnhout, Brepols, 1963 (CCSL, 148), vol. 2/2, p. 84-97.

Epistolae Arelatenses genuinae, éd. Wilhelm Gundlach, dans Epistolae Merowingici et Karolini aevi (I), Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1892 (MGH, Ep. III), p. 1-83.

Eber et al. (2022) – EBER Michael, Stefan ESDERS, David GANZ et Till STÜBER, « Selection and Presentation of Texts in Early Medieval Canon Law Collections: Approaching the Codex Remensis (Berlin, Staatsbibliothek, Phill. 1743) », dans Sebastian Scholz et Gerald Schwedler, Creative Selection between Emending and Forming Medieval Memory, Berlin, De Gruyter, coll. « Millennium Studies », no 96, 2022, p. 105-136.

Gioanni, Grévin (2008) – GIOANNI Stéphane et Benoît GRÉVIN (dir.), L’Antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations, VIe-XIVe siècle, Roma, École française de Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome », n° 405, 2008.

Gioanni (2013) – GIOANNI Stéphane, « La diplomatie pontificale et la formation du droit canonique dans les collections épistolaires du haut Moyen Âge : l’exemple du Liber auctoritatum de l’Église d’Arles », dans Stéphane Gioanni et Paolo Cammarosano (dir.), La corrispondenza epistolare in Italia, 2. Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV) = Les correspondances en Italie, 2. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle), Roma – Trieste, École française de Rome – Centro Europeo di Ricerche Medievali, coll. « Collection de l’École française de Rome », no 475, 2013, p. 105-126.

Saxer (2001) – SAXER Victor, « La Chiesa di Roma dal V al X secolo: amministrazione centrale e organizzazione territoriale », dans Roma nell’alto medioevo, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, coll. « Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo », n° 48, 2001, p. 493-632.

Toubert (2001) – TOUBERT Pierre, « Scrinium et palatium : la formation de la bureaucratie romano-pontificale aux VIIIe-IXe siècles », dans Roma nell’alto medioevo, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, coll. « Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo », n° 48, 2001, p. 57-119.


[1] Les collections médiévales contenant des textes de l’Antiquité tardive ont été étudiées dans le cadre de deux séminaires, consacrés plus spécifiquement à la « constitution des collections » et aux « collections de textes d’origine non latine ». Ce sont les actes de ces journées d’étude qui constituent le volume L’Antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations, VIe-XIVe siècle, auquel on renverra ici : Gioanni, Grévin (2008).

[2] Eber et al. (2022), p. 116-119.

[3] Le terme d’auctoritas est souvent utilisé, dans la terminologie du droit canon de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, pour désigner les lettres des papes – parallèlement aux termes de décrétale (epistula decretalis) ou de constitution (constitutio).

[4] Gioanni (2013), p. 105.

[5] Epistolae Arelatenses genuinae, éd. W. Gundlach, dans Epistolae Merowingici et Karolini aevi (I), Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1892 (MGHEp. III) [ci-après cité : Epist. Arel.].

[6] Epist. Arel. 34/35, p. 47 : « Caesarius omnes Galliarum episcopos commone[t], ne misericordia male commoti canones […] saeuiores quam aequum sit putent, et doce[t], cum damnatos […] aeterna beatitudine non priuari […] ».

[7] Voir Epist. Arel. 34/35, p. 48, l. 50.

[8] Voir Epist. Arel. 34/35, p. 49, l. 44.

[9] Voir Epist. Arel. 34/35, p. 49, l. 19.

[10] Les actes du concile ont été édités au CCSL en 1963 : voir Concilium Massiliense (533. Mai. 26.), éd. Charles De Clercq, dans Concilia Galliae a. 314-506, Turnhout, Brepols, 1963, (CCSL 148), vol. 2/2, p. 90.

[11] L’établissement et la rédaction des actes pontificaux dans l’Antiquité tardive ont donné lieu à peu de recherches ; on renverra néanmoins à Toubert (2001) et à Saxer (2001).

[12] Voir Epist. Arel. 34/35, p. 49, l. 23.

[13] Gioanni (2013), p. 108.

[14] Voir Gioanni (2013), p. 118-126. D’autres exemples sont contenus dans Epist. Arel. 13, p. 20-21 et Epist. Arel. 26/27, p. 37-40.

[15] Le pallium est une pièce qui complète le vêtement liturgique, un bandeau de laine symbolisant le vicariat. Ce terme vient du latin uicariusiim., le remplaçant : il s’agit donc de la fonction de celui à qui incombent en second, mais avec les mêmes prérogatives, les charges d’un office ecclésiastique – ici, la papauté. Ainsi le port du pallium est-il réservé au pape et aux évêques métropolitains ou aux primats. La lettre du pape Symmaque qui confère ce privilège à l’évêque d’Arles, cruciale pour déterminer l’enjeu de la collection qui m’intéresse d’un point de vue ecclésiastique et surtout politique, y est bien sûr contenue : il s’agit de la décrétale n° 26 dans l’édition de W. Gundlach (Epist. Arel. 26/27, p. 37-40).

[16] Voir Eber et al. (2022), p. 116-119 (il s’agit de l’exemple de la collection dite « de Reims », aussi désignée sous le nom du manuscrit, le Codex Remensis ; on trouvera également à cet endroit, en notes, de plus amples précisions bibliographiques sur les collections). Les auteurs insistent également (Eber et al. (2022), p. 115) sur les procédés de « sélection créative » (creative selection), d’« oubli volontaire » (oblivion) et de « création de mémoire » (forming memory).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Cusset (16 décembre 2023). Incipit epistola X ad Y. Débats sur l’attribution de lettres de l’Antiquité tardive : un exemple. CAELum. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofas


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search