Circulation et devenir éditorial de La Terre d’Émile Zola en Argentine à partir de 1887

Agathe Castex

4e journée Arts et Lettres du Département des Lettres et Arts (9 juin 2023)

La réflexion que nous proposons ici s’inscrit dans la continuité de nos travaux de recherche, qui ont pour but de repenser la notion de mouvement littéraire sous le prisme comparatiste. Notre objectif est de réfléchir en profondeur aux mécanismes de construction et d’évolution d’un mouvement lorsqu’il circule hors des frontières nationales dans lesquelles il est apparu. Nous nous intéressons plus particulièrement au mouvement naturaliste qui débute dans les années 1860 en France, sous l’impulsion de Zola. La critique, qui s’est longtemps concentrée sur le naturalisme français et européen, a, depuis les années 2010, tenté d’ouvrir ce champ de recherche à l’international en s’intéressant au naturalisme au-delà de l’Europe[1]. Or, nous avons constaté qu’un espace géographique reste peu étudié par la critique comparatiste, à savoir le continent latino-américain. Pourtant, les œuvres naturalistes ont eu une place centrale dans le champ littéraire latino-américain de la fin du XIXe siècle et la figure de Zola a inspiré de nombreux auteurs. 

La réflexion que nous mènerons s’intéressera plus précisément à un épisode fondamental dans l’histoire du mouvement naturaliste : la publication, en 1887, de La Terre, le quinzième tome des Rougon-Macquart. Dans ce roman, Zola cherche à décrire le monde agricole en nous racontant l’histoire du père Fouan, paysan dans la Beauce. Celui-ci, déjà âgé, décide de partager ses terres entre ses trois enfants. Mais les rivalités au sein de la famille vont donner lieu des scènes de violence inouïe. Par exemple, Françoise Fouan, enceinte, est d’abord violée par son beau-frère puis assassinée par sa propre sœur. Le père Fouan est tué par son propre fils, dans une scène horrifique. Ce roman, un des plus sombres de Zola, a donné lieu à de vives réactions dès sa publication en feuilleton en France. Le 18 août 1887, cinq jeunes auteurs publient une critique virulente à l’encontre de Zola, que l’on nommera le Manifeste des cinq. Ces jeunes écrivains renient le modèle zolien, qu’ils avaient jusqu’alors suivi, en raison de la prétendue obscénité de La Terre. S’en suit une longue polémique sur le roman et plus largement sur le mouvement naturaliste. La réception de La Terre est donc très intéressante pour penser le mouvement naturaliste : c’est d’abord autour de ce roman que se cristallisent les jugements négatifs qui perdureront dans le discours critique, réduisant souvent l’œuvre zolienne à une peinture misérabiliste et obscène de la réalité ; c’est aussi à partir de la publication du Manifeste des Cinq que Zola n’est plus considéré comme un écrivain d’avant-garde[2], puisqu’il est rejeté par la jeune génération, ce qui contribue à affaiblir l’unité du mouvement. 

Cette polémique autour de La Terre se diffuse en Argentine, un des pays latino-américains qui possède le plus de relations avec la France. Les débats autour de La Terre vont vite s’inscrire dans ce que l’on appelle généralement la « bataille naturaliste », qui consiste en un affrontement entre les défenseurs et les détracteurs du naturalisme[3]. Cette bataille se déroule essentiellement dans la presse grâce à deux journaux très actifs : Sud-América[4] et La Nación[5], qui sont des périodiques de grande diffusion, surtout avec le développement des presses rotatives et l’apparition des services télégraphiques[6]. Le support de publication qu’est le journal a une grande importance pour la réception de La Terre. En effet, au cours de l’année 1887, le roman ne semble pas avoir été publié en entier (par exemple sous forme de feuilleton ou de volume de librairie), mais circule dans la presse sous deux formes : d’une part en extraits ; d’autre part au sein de discours critiques qui citent des bribes du roman, souvent les mêmes, ce qui contribue à entériner l’image d’un naturalisme obscène. Le roman ne circule donc ni en feuilleton ni en volume de librairie, mais sous forme extrêmement fragmentée au sein d’articles qui émettent des jugements sur l’œuvre et le mouvement. En France, au contraire, le roman est diffusé directement en feuilleton – donc en entier – puis rapidement en volume de librairie, dès novembre 1887. Or, cette différence de support va contribuer à forger une certaine représentation du roman en Argentine. C’est ce que nous analyserons ici. 

1. Le rôle des supports éditoriaux dans la circulation de La Terre en Argentine

Dans son ouvrage consacré au naturalisme latino-américain, Sabine Schlickers évoque précisément les supports éditoriaux qui ont donné de la visibilité à La Terre[7]. On constate une très forte représentation des articles de presse qui formulent des jugements sur le roman par rapport aux publications en feuilleton ou en volume de librairie, plus restreintes. 

On peut en effet retracer rapidement le parcours de La Terre, grâce à différents supports : en France, le roman est publié sous forme de feuilleton dans le Gil Blas, du 29 mai 1887 au 16 septembre 1887. Il paraît ensuite en volume de librairie chez Charpentier le 15 novembre 1887. La circulation en Argentine se fait rapidement, même avant que le roman ne soit publié en feuilleton en France. En effet, le 29 janvier 1887, le journal Sud-América publie une traduction d’un article du Figaro à propos de La Terre. En tout, selon Sabine Schlickers, le journal Sud-América publie sept articles qui concernent et qui citent La Terre, contre seulement un extrait du roman sans analyse ou jugement critique. Quant au journal La Nación, il ne publie pas d’extrait, mais un compte rendu de La Terre. On peut aussi s’intéresser au support qu’est l’objet livre, qui permet aux lecteurs d’avoir accès au roman en entier et non plus sous forme d’extraits. Nous n’avons pas trouvé de volumes édités en Argentine à la fin du XIXe siècle. Toutefois, en Espagne, le roman de Zola est traduit dès l’année 1887, et on peut supposer qu’il a circulé en Amérique latine, ce qui est très courant à cette période. On trouve trois versions traduites en espagnol par Léon Ballcag, toutes éditées à Madrid en 1887[8], 1889[9] et 1894[10]. Mais en dehors de ces quelques traductions qui ont sûrement été diffusées, nous n’avons trouvé aucune publication du roman en volume de librairie en Argentine. De plus, le roman La Terre est absent du catalogue de la célèbre collection argentine, la « Biblioteca de la Nación », créé en 1901. Cette collection a pour vocation de diffuser des œuvres jugées canoniques à un vaste lectorat[11]. Magdalena Cámpora montre que sur 872 titres du catalogue, environ la moitié correspond à des œuvres de littérature française[12]. Or Zola est totalement absent du catalogue de la « Biblioteca de la Nación », car il est jugé trop subversif et immoral. Il faudra attendre les années 1920 pour que d’autres maisons d’édition argentines s’intéressent à nouveau à Zola. C’est le cas de la maison d’édition Tor, qui propose une traduction de La Terre en 1946[13].

De ce rapide aperçu, nous pouvons tirer la conclusion suivante : si les romans de Zola occupent une place centrale dans la bataille naturaliste grâce à la presse, leur circulation sous forme de roman complet est paradoxalement très restreinte. Plus encore, il semble que le phénomène de circulation du roman s’accompagne d’une fragmentation extrême du roman, qui n’est plus cité que par bribes. Les extraits jugés les plus représentatifs du style « obscène » de Zola deviennent des clichés qui circulent à propos du naturalisme. Nous nous proposons donc d’étudier un corpus d’articles de presse pour mettre en lumière ces mécanismes de réception.

2. La réception de La Terre et du naturalisme en Argentine 

Nous avons choisi de nous intéresser à un corpus de 5 articles de presse, publiés dans Sud-América et dans La Nación entre 1887 et 1897. Ce corpus est fondé sur l’idée d’un continuum : nous étudierons d’abord les articles qui semblent être les plus fidèles au roman (puisqu’ils en citent d’assez longs extraits) pour ensuite montrer comment le roman circule dans l’imaginaire critique sans plus aucun ancrage textuel.

Le premier article qui paraît dans Sud-América à propos de La Terre date du 29 janvier 1887. Il s’agit de la reproduction d’un éloge de Charles Chincholle paru dans Le Figaro le 4 janvier 1887. À cette période, Zola n’a pas encore achevé la rédaction. La Terre circule donc sous forme d’extraits, que l’auteur a lui-même envoyés à Chincholle, ce qui oriente déjà la réception du roman. En effet, ce qui est intéressant dans cet article, c’est que l’auteur choisit de donner à lire deux descriptions : celle du personnage principal en train de semer ; celle du paysage de la Beauce. Si l’on s’attarde par exemple sur la première description, on remarque qu’elle correspond bien au style revendiqué par l’auteur, fait de « clarté et de logique »[14] et limitant le recours aux métaphores et aux « comparaisons ingénieuses »[15]. Les gestes du semeur sont décrits avec minutie et sans figure de rhétorique, ce qui forge l’image d’un écrivain scientifique et ethnologue, comme l’a montré la sociologue Frédérique Giraud dans un article consacré à Zola[16]. Mais l’extrait n’est pas donné à lire seul. Il est entouré de plusieurs analyses de Chincholle, qui orientent aussi la lecture du roman vers la dimension descriptive et réaliste. Il compare en effet Zola à Millet et à Daubigny, tous deux peintres paysagistes connus pour leurs tableaux très réalistes du monde agricole et naturel. Chincholle considère également que l’auteur ne cherche pas à « produire des scènes »[17] mais à « fournir des documents »[18]. Pour Chincholle, plutôt que de s’intéresser à la complexité de l’intrigue, Zola s’efforcerait de dresser des « procès-verbaux de la vie ». Or, on peut confronter l’ensemble de ces analyses de La Terre à celles que la critique a plus tard développées. Si Zola a cherché à se construire un ethos d’écrivain-scientifique en proposant ces extraits de La Terre, le roman est aussi un « poème vivant de la terre »[19], comme le dit l’auteur lui-même. On ne saurait également oublier les dimensions métaphoriques, romantiques et mélodramatiques de La Terre, qui contrastent vivement avec l’image que Zola et Chincholle en donnent ici, à savoir un document quasi scientifique sur les mœurs paysannes. La circulation sous forme d’extraits savamment choisis oriente donc fortement la réception de La Terre en Argentine. 

Cependant, la plupart des articles qui paraissent dans Sud-América ne citent pas d’aussi longs extraits que celui que propose Chincholle. Le roman initial se fragmente en bribes de phrases qui se transforment en stéréotypes censés représenter les thèmes et le style naturalistes. La figure de Zola n’est plus seulement celle d’un écrivain scientifique, mais aussi celle d’un peintre de l’obscène et de l’immonde. Trois articles publiés dans Sud-América nous paraissent intéressants à ce sujet (voir exemplier). Celui du 21 septembre 1887 est une traduction du célèbre Manifeste des cinq, celui du 13 octobre 1887 reproduit le sévère jugement d’Anatole France paru dans Le Temps et celui du 14 décembre 1887 restitue l’interview de Zola par Philippe Gille, éditée dans Le Figaro. Dans les trois cas, le roman est cité sous forme très fragmentaire ou bien résumé, généralement pour illustrer l’obscénité et l’immoralité des descriptions. C’est d’abord le caractère scatologique du roman qui est critiqué : Philippe Gille reproche à Zola l’utilisation de l’adjectif « venteux »[20] qui qualifie le personnage nommé Jésus-Christ ; Anatole France rejette l’expression « une fille odorante »[21] ; les auteurs du Manifeste des cinq résument le roman en parlant de « recueil de scatologie »[22]. C’est ensuite le thème de la prostitution qui est attaqué. Anatole France cite une assez longue phrase de La Terre à propos d’un chat qui appartenait aux tenanciers d’une maison close, et qui a été « caressé par les mains grasses de cinq ou six générations de femmes »[23] ; Philippe Gille parle aussi de la « maison de prostitution »[24], qu’il condamne ; les auteurs du Manifeste des cinq, quant à eux, parlent d’un « violent parti-pris d’obscénité »[25]. Enfin, c’est aussi la scène de l’accouchement de Lise et du vêlage de sa vache qui a beaucoup choqué. Philippe Gille interroge Zola sur la question : « n’est-ce pas un spectacle triste, écœurant, avilissant pour la nature humaine, que ce double accouchement de la femme et de la vache, côte à côte ? »[26] Anatole France quant à lui cite directement l’expression « Ça crève »[27] utilisée par Zola pour décrire l’expulsion de l’enfant. 

Plus encore, dans certains articles, si le texte de La Terre n’apparaît pas, le monde agricole est pourtant évoqué, dans le but de forger une certaine image de l’auteur. On remarquera en effet une propension à rapprocher la figure de Zola de celle des paysans, tantôt pour le critiquer, tantôt pour le louer. La représentation du paysan que l’on trouve dans La Terre circule alors dans le discours critique sous la forme d’une métaphore de l’ethos auctorial. Cela apparaît pour la première fois dans le Manifeste des cinq, lorsque les détracteurs de Zola le comparent à un paysan qui laboure inlassablement son champ : « Lui, cependant, allait, creusant son sillon ; il allait, sans lassitude, et la jeunesse le suivait […] ; il allait, et les plus vieux ou les plus sagaces fermaient dès lors les yeux, voulaient s’illusionner, ne pas voir la charrue du Maître s’embourber dans l’ordure »[28]. L’univers agricole est ici décrit avec ironie et la figure de Zola tournée en dérision puisque associée à celle d’un paysan qui s’embourbe. En comparant le Manifeste des cinqavec l’article que Rubén Darío consacre à Zola le 2 octobre 1897 dans La Nación, on constate que la figure du paysan cristallise des valeurs tout à fait opposées, qui contribuent à construire l’ethos de Zola en Argentine. En effet, Darío, un des poètes argentins les plus célèbres de la fin du XIXe siècle, s’est beaucoup intéressé à Zola, dont il s’est inspiré pour construire un nouveau modèle d’écrivain latino-américain : celui de l’auteur au travail qui vit désormais de sa plume, dans un contexte de professionnalisation progressive de l’écriture[29]. Dans son article[30], Darío semble faire allusion à la polémique initiée par le Manifeste des cinqlorsqu’il évoque les « moments durant lesquels la majeure partie de la jeunesse intellectuelle de Paris se dressait contre le maître »[31]. Plus loin, Darío reprend la métaphore du paysan pour parler de Zola, cette fois-ci sans ironie et de manière positive : 
« mais laissez-lui son monde, son champ très vaste et bien labouré ; sa récolte d’épis fructueux. […] admirez la persistance de ce désir, l’énergie de cette volonté […] »[32]. La figure du paysan acharné au travail qui retire les fruits de son labeur devient une des facettes qui permet de construire l’ethos de Zola et plus généralement des auteurs latino-américains. Le titre de l’article n’est d’ailleurs pas anodin : « Zola trabaja ». Ainsi, le roman semble dépossédé de son contenu premier pour circuler dans le discours et l’imaginaire de la critique. 

Pour conclure, cette réflexion a permis de décentrer l’étude du naturalisme et de faire apparaître les phénomènes de circulation et de réappropriation des œuvres zoliennes en Argentine. La Terre a essentiellement circulé sous forme d’extraits, de bribes de citations ou simplement comme métaphore, ce qui a contribué à orienter durablement sa réception. Le support éditorial qu’est l’article de presse a ainsi façonné l’image d’un mouvement très scientifique et tourné vers l’obscène, mais aussi l’ethos d’un auteur travailleur à l’instar du paysan. 

BIBLIOGRAPHIE 

BECKER, Colette, DUFIEF, Pierre-Jean (dir.), Dictionnaire des naturalismes, Paris, Honoré Champion, 2017. 

CÁMPORA, Magdalena, « La Nación, el Segundo Imperio y la Tercera República. Pedagogía cultural y novela francesa en la Argentina (1901-1920) », Mélanges de la Casa de Velázquez [en ligne], Vol. 52, n° 1, 2022. 

DUNCAN, Tim, « La prensa política : Sud-América, 1884-1892 », dans FERRARI, Gustavo, GALLO, Ezequiel (dir.), La Argentina del 80 al Centenario, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1980, p. 761-783. 

ESPOSITO, Fabio et al., El naturalismo en la prensa porteña: reseñas y polémicas sobre la formación de la novela nacional: 1880-1892, La Plata, Universidad Nacional de La Plata, 2011.

GIRAUD, Frédérique, « Quand Zola mène l’enquête : le terrain comme caution scientifique », Ethnologie française, Vol. 43, n° 1, 2013, p. 147-153.

GRENAUD, Céline, LUMBROSO, Olivier (dir.), Naturalisme, vous avez dit naturalismes ? : actes du colloque “Héritages naturalistes”, Paris, 11-13 juin 2015, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016. 

SCHLICKERS, Sabine, El lado oscuro de la modernización : estudios sobre la novela naturalista hispanoamericana, Madrid, Vervuert, 2003. 

RIPOLL, Roger, « L’accueil de la critique », dans ZOLA, Émile, La Terre, Paris, Le Livre de Poche, 2006, p. 492-494. 

ROGERS, Geraldine, « Émile Zola en los textos porteños de Rubén Darío: una autoimagen de los escritores modernos en la Argentina finisecular », Anales de Literatura Hispanoamericana, vol. 39, 2010, p. 173-189.

ZOLA, Émile, Le Roman expérimental, [1880], Paris, Flammarion, 2010.

ZOLA, Émile, Le Naturalisme au théâtre : Les théories et les exemples [1881], Paris, Classiques Garnier, 2020. 

ZOLA, Émile, Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1966, t. IV. 

ZOLA, Emilio, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, Imprenta Herradores, 1887, 2 vol.

ZOLA, Emilio, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, El Cosmos Editorial, 1889. 

ZOLA, Emilio, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, Librería de José Jorro, 1894.

ZOLA, Émile, La Tierra, trad. J. L. Krohn, Buenos Aires, Tor, 1946. 


[1] Au cours des années 2010, deux ouvrages constituent un tournant dans cette démarche d’élargissement à l’international. Il s’agit du livre dirigé par Céline Grenaud et Olivier (Céline Grenaud, Olivier Lumbroso (dir.), Naturalisme, vous avez dit naturalismes ? : actes du colloque “Héritages naturalistes”, Paris, 11-13 juin 2015, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016) et du Dictionnaire des naturalismes  dirigé par Colette Becker et Jean-Pierre Dufief (Colette Becker, Pierre-Jean Dufief (dir.), Dictionnaire des naturalismes, Paris, Honoré Champion, 2017). 

[2] Roger Ripoll, « L’accueil de la critique », dans Émile Zola, La Terre, Paris, Le Livre de Poche, 2006, p. 492.

[3] Sabine Schlickers, El lado oscuro de la modernización : estudios sobre la novela naturalista hispanoamericana, Madrid, Vervuert, 2003, p. 106. Sabine Schlickers explique que la « bataille naturaliste » débute dès 1879 avec la publication de L’Assommoir dans La Nación. La polémique s’intensifie avec la parution de Nana en 1880 dans des librairies de Buenos Aires. Ce qui est surtout reproché au naturalisme, c’est de mettre en danger les valeurs sociales, politiques et morales. 

[4] Tim Duncan, « La prensa política : Sud-América, 1884-1892 », dans FERRARI, Gustavo, GALLO, Ezequiel (dir.), La Argentina del 80 al Centenario, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1980, p. 761-783. Tim Duncan indique que le Journal Sud-América a été fondé en 1884 par Carlos Pellegrini et Paul Groussac et qu’il véhiculait des idées optimistes sur l’époque. Cette dimension progressiste peut expliquer l’importance accordée par le journal à la polémique autour du naturalisme, mouvement considéré comme très novateur. 

[5] Fabio Esposito et al., El naturalismo en la prensa porteña: reseñas y polémicas sobre la formación de la novela nacional : 1880-1892 [en ligne], La Plata, Universidad Nacional de La Plata, Biblioteca Orbis Tertius, Colección digital del Centro de Estudios de Teoría y Crítica Literaria, 2011, p. 6-7 ; http://bibliotecaorbistertius.fahce.unlp.edu.arLa Nación  est un Journal fondé en 1870 par Bartolomé Mitre. Son tirage est d’abord de 1000 exemplaires par jour, pour atteindre les 18000 exemplaires à la fin des années 1880. La Nación tire profit de nouvelles technologies (presses rotatives et services télégraphiques) et étoffe son réseau de correspondants et de collaborateurs étrangers, ce qui lui donne une importante visibilité en Argentine. 

[6] Ibid.                                                                                                                                   

[7] Sabine Schlickers, op. cit., p. 111. 

[8] Emilio Zola, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, Imprenta Herradores, 1887, 2 vol. 

[9] Emilio Zola, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, El Cosmos Editorial, 1889.

[10] Emilio Zola, La Tierra, trad. Léon Ballcag, Madrid, Librería de José Jorro, 1894. 

[11] La critique a montré que l’ensemble des livres de cette collection représentent entre deux et cinq millions d’exemplaires (Magdalena Cámpora, « La Nación, el Segundo Imperio y la Tercera República. Pedagogía cultural y novela francesa en la Argentina (1901-1920) », Mélanges de la Casa de Velázquez [en ligne], Vol. 52, n° 1, 2022). 

[12] Ibid.

[13] Émile Zola, La Tierra, trad. J. L. Krohn, Buenos Aires, Tor, 1946. 

[14] Émile Zola, Le Roman expérimental, [1880], Paris, Flammarion, 2010, p. 84. 

[15] Émile Zola, Le Naturalisme au théâtre : Les théories et les exemples [1881], Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 222. 

[16] Frédérique Giraud, « Quand Zola mène l’enquête : le terrain comme caution scientifique », Ethnologie française, Vol. 43, n° 1, 2013, p. 147-153.

[17] Charles Chincholle, « La Terre », Le Figaro [en ligne], Bibliothèque nationale de France, 4 janvier 1887 ; ark:/12148/bpt6k279899j.

[18] Ibid.

[19] Lettre de Zola de Zola du 27 mai 1886 à Van Santen Kolff (Émile Zola, Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1966, t. IV,  p. 1502). 

[20] Philippe Gille, « La Terre et Émile Zola », Le Figaro [en ligne], Bibliothèque nationale de France, 16 novembre 1887 ; ark:/12148/bpt6k2802155. 

[21] Ibid.

[22] Paul Bonnetain et al., « La Terre. À Émile Zola », Le Figaro [en ligne], Bibliothèque nationale de France, 18 août 1887 ; ark:/12148/bpt6k2801256.

[23] Anatole France, « La Terre », Le Temps [en ligne], Bibliothèque nationale de France, 28 août 1887 ; ark:/12148/bpt6k231505t. 

[24] Philippe Gille, art. cit. 

[25] Paul Bonnetain et al., art. cit.

[26] Philippe Gille, art. cit. 

[27] Anatole France, art. cit.

[28] Paul Bonnetain et al., art. cit.

[29] Geraldine Rogers, « Émile Zola en los textos porteños de Rubén Darío : una autoimagen de los escritores modernos en la Argentina finisecular », Anales de Literatura Hispanoamericana, vol. 39, 2010, p. 175. Geraldine Rogers montre qu’à la fin du XIXe siècle emerge le métier d’écrivain à proprement parler en Amérique latine. Rubén Darío est lui-même tiraillé entre la figure professionnel et une image plus traditionnelle de l’auteur détaché de toute préoccupation matérielle. Darío, à travers la figure de Zola, instaure une conception de l’écriture comme travail. 

[30] Rubén Darío, « Zola trabaja. París », La Nación [en ligne],  Universidad Nacional del Tres de Febrero, 2 octobre 1897, https://archivoiiac.untref.edu.ar/119.

[31] Rubén Darío, art. cit. : « […] en momentos en que, la mayor parte de la juventud intelectual de París se ponía en contra del maestro […]». 

[32] Rubén Darío, art. cit. : « pero dejadle su mundo, su campo extensísimo y bien arado ; su cosecha de proficuas espigas. […] admirad la persistencia de ese querer, la energía de esa voluntad, […] ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Cusset (16 décembre 2023). Circulation et devenir éditorial de La Terre d’Émile Zola en Argentine à partir de 1887. CAELum. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofau


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search