L’étonnante place du religieux dans Les Communistes de Louis Aragon 

Valentine Lecocq 

4e journée Arts et Lettres du Département des Lettres et Arts (9 juin 2023)

Tableau : Le Triomphe de la Mort, Pieter Bruegel l’Ancien, 1562-1563, Musée du Prado

Introduction

Le sujet que nous aborderons dans le cadre de cette étude concerne « L’étonnante place du religieux dans Les Communistes de Louis Aragon ». Cette œuvre a été publiée à partir de 1951, c’est le cinquième volume du cycle « Le Monde réel » de Louis Aragon, qui a pour vocation de pousser son lecteur vers une adhésion aux idées communistes par la lecture de ses romans. 

Les Communistes, simplement par son titre, est un livre qui s’insère explicitement dans la visée du cycle du « Monde réel ». C’est un roman socialiste écrit par un auteur militant et publié dans les années où l’adhésion au PCF est la plus forte en France. En suivant cette idée, on peut imaginer que ce livre ait été un succès ce n’est pas le cas, c’est même l’un des livres les moins connus, lus ou étudiés de Louis Aragon. C’est une œuvre longue et complexe qui a notamment été critiquée comme étant illisible. En effet, ce roman est critiqué pour son grand nombre de personnages et la trop grande part de doctrine qu’on y trouve. Si le premier reproche est légitime, on verra que le second peut être clairement amendé. 

Les Communistes est donc une œuvre complexe à bien des égards. On y suit les itinéraires de plusieurs personnages qui sont pour la plupart communistes de 1936 à 1940, pendant la guerre d’Espagne et la défaite militaire française pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les personnages communistes sont assez stéréotypés dans l’univers du roman socialiste : ils sont presque tous héroïques face au danger et se distinguent par un savoir presque inné de la guerre qui les pousse à gagner des batailles alors que les forces de l’armée allemande terrassent l’armée française. Toutefois, cette structure de roman socialiste ne suffit pas à définir complètement Les Communistes

Parmi les éléments qui amendent la conception d’un roman uniquement idéologique, on distingue notamment une récurrence étonnante de thèmes liés à la religion et aux sujets qui en découlent (prophétisme, métaphysique, destin, manichéisme). Plus précisément, on étudiera la place de la religion catholique dans l’œuvre : elle réapparait souvent et est rarement critiquée alors même qu’elle est jugée comme idéologiquement incompatible avec la pensée communiste. Cette bizarrerie est intéressante et pousse à se questionner sur la place de la religion dans l’œuvre et dans son message quant à  la destinée des hommes. Ainsi, la religion perturbe l’aspect doctrinal et aide paradoxalement à établir l’impuissance des croyances face au destin de destruction des hommes dans la guerre. 

1. Les Communistes : un roman socialiste perturbé par le fait religieux

Les Communistes est vu dans la critique comme le roman le plus explicitement communiste de la production de Louis Aragon. Beaucoup de personnages dans l’œuvre représentent la quintessence de l’image populaire du communiste. Dans toute l’œuvre, Aragon met en place une forme d’hagiographie des ouvriers. C’est là ce que Marie-France Boireau met en avant dans son analyse des personnages dans Les Communistes 

Aragon utilise à la fois le mot « mythe » et le mot « légende » qui doit être pris alors en son sens étymologique de legenda, récits de la vie des saints, lus en raison de leur valeur exemplaire. Les saints sont remplacés par des figures héroïques de l’histoire de la classe ouvrière[1].

De plus, Les Communistes a une structure très manichéenne dans son intrigue, ce qui est un élément proéminent du roman socialiste mais qui rejoint aussi une donnée du récit religieux. Les personnages qui sont communistes sont du côté du bien alors que les décideurs politiques et la police français sont les oppresseurs. Les héros représentant le camp du Bien détiennent une vérité et ont nécessairement un code moral irréprochable quand les méchants agissent avec dissimulation, cruauté et sournoiserie et représentent le mensonge.

L’action du Mal incarné par l’État va provoquer la défaite et l’Apocalypse de la bataille de Dunkerque. Cette fin est annoncée par un personnage particulier nommé Ambroise Berdoulat. C’est un auteur prophète qui au cours d’un dîner mondain annonce la fin de l’humanité. Cette prophétie dépasse le cadre idéologique de l’œuvre et annonce une vérité humaine, mythique et universelle : « Nous sommes les messianiques du malheur, les masochistes de la destruction, nous cherchons les verges pour nous battre, nous ouvrons la porte à la foudre, par ici, madame la foudre ! les uns au nom du bien, les autres au nom du mal[2]… ». Ici, la catastrophe est annoncée comme l’évènement qui mettra à bas toute notion de bien et de mal, elle remet tout à plat. Ambroise Berdoulat incarne ici une notion de la religion, celle du prophétisme. En tant que voyant, il annonce une apocalypse qui n’est pas pour autant correspondante à la religion chrétienne car elle n’épargne personne. 

Cette fin tragique qui ne laisse plus la place à la doctrine ou à l’héroïsme rejoint un cynisme permanent qui tempère véritablement la force de l’idéologie communiste dans l’œuvre.  Partout dans Les Communistes, on retrouve une notion de la petitesse des vies humaines broyées par la machine de la guerre, notamment au travers de l’image des hommes comme des fourmis sacrifiables et sacrifiées dans la guerre.  

Cette images des vies uniformes d’où rien ne peut se détacher provoque un éloignement de l’image du héros communiste bien identifié par son courage et son dévouement. En un sens, la guerre provoque l’avènement d’une nouvelle vérité qui est au-delà des considérations de doctrine ou du bien et du mal. L’expérience des combats révèle en termes religieux, c’est une épiphanie qui montre que le comportement des hommes cause leur propre chute 

2. L’abbé Blomet : le bafouement des croyances et la perte des hommes 

L’abbé Blomet est un personnage récurrent dans l’œuvre. D’abord prêtre proche de la famille d’un des personnages principaux, il s’engage par la suite dans l’armée aux débuts de la Seconde Guerre mondiale. Dans la guerre, il se distingue notamment par sa fascination pour les explosions et la violence, ce qui est plutôt étonnant pour un prêtre. Voici le point de vue d’un autre soldat qui ne sait pas que cet homme est prêtre : 

Tout ça n’a duré pourtant que huit jours, mais c’est comme si cela avait été l’essentiel de sa vie. Cela semble avoir duré des années. […] Il s’illumine dans cette casse monstrueuse, énorme, de ces envolées d’assiettes, de ces bouquets de tasses, de ces pots de chambre lancés dans la nature, et de la neige bruyante que les miettes de tout cela faisait[3]

Ici, la fascination de l’abbé pour les explosions est étonnante et dérangeante. Il est pris d’une folie destructrice et semble bien supporter la violence de la guerre alors même qu’il est prêtre. En cela, c’est un soldat unique car tous les autres ont une peur panique des explosions. L’explication de ce comportement est floue au sein de l’œuvre : est-ce que c’est sa religion qui le pousse vers un amour de l’explosion, une sorte d’avant-goût de jugement dernier ? est-il simplement fou ? La question se pose. 

Par la suite, on ne revoit plus l’abbé Blomet sur le champ de bataille jusqu’à le retrouver dans un hôpital militaire. Là, il souffre de la gangrène due à une blessure et délire dans un coin de la salle : 

Cette explosion qu’il porte en lui, c’est le péché, c’est le crime… contre le cinquième commandement… j’ai voulu que d’autres meurent ? Pourquoi ? Je ne sais plus pourquoi, mon Dieu ! comment ai-je pu être assez insensé pour souhaiter la mort des autres ? Maintenant je vais mourir… je ne regrette rien, que le péché. Il est juste que je meure, puisque Vous en avez décidé[4]

Ici, les questionnements, les points de suspension, les points d’exclamation mettent en avant un état de grande détresse, un épisode de délire. On a là un moment d’introspection où l’abbé se confesse et avoue ses péchés liés à sa fascination pour les explosions, mais aussi son engagement dans la guerre. Plus tôt, il a aussi désiré mourir, ce qui est blasphématoire. Cette fascination de l’abbé Blomet pour la mort et la destruction traduit encore une fois le basculement du roman socialiste vers l’horreur, la religion ne peut plus sauver et n’est pas assez forte contre la pression de la guerre et la fascination de la violence. La mort de l’abbé a pour conséquence l’envahissement du monde réel par l’imagerie catholique de la fin des temps. 

La religion catholique incarnée par ce personnage énigmatique est un sujet complexe : est-ce que l’abbé Blomet est un sujet de critique ? En ce sens, il serait l’un de ceux qui a renié sa foi catholique alors que les soldats communistes triomphent. Cette interprétation tiendrait s’il n’y avait pas la chute générale dans l’image de l’Apocalypse. Sa vision, sa mort, provoquent le basculement dans la description de Dunkerque. Là, il incarne plus simplement l’ensemble des hommes, la totalité des fourmis dupées et sacrifiées par la guerre. 

3. L’Apocalypse à Dunkerque 

Le surgissement du religieux dans les Communistes se fait particulièrement sensible dans la description de la bataille de Dunkerque alors que les soldats vont quitter la France pour fuir en Angleterre. Alors se crée tout un embouteillage où les soldats attendent leur fin ou la délivrance sous les assauts ennemis. C’est là l’acmé́ de la violence, on a l’impression que c’est la fin du monde, l’Apocalypse. 

Avant dans l’œuvre, avant ou pendant les combats, des thèmes liés à l’Apocalypse sont disséminés dans le texte du roman. Ainsi, l’oncle Wisner « compt[e] sur l’Apocalypse pour arranger [ses] affaires[5] ». Sous les bombardements, on craint « la démence du ciel[6] » et à certains moments, il semble que « la foudre du ciel [soit] tombée sur la justice des hommes[7] ». 

Pendant les combats, tout semble être vu par flash, par morceaux, il ne peut y avoir de vision qui ordonne ce à quoi les soldats assistent : 

Par dix fois la sanitaire doit changer de direction pour éviter d’être prise dans cette démence, tandis qu’au-dessus tournent, tournent et soudain piquent les dragons ailés, les oiseaux sifflant la mort, et tombent à droite, à gauche… cette fois c’est pour nous… dans un bruit de verre et de tonnerre… les bombes et les maisons… les morts… les flammes… les cris… la poussière énorme qui cache tout soudain… la poussière[8] ! 

De ce passage se dégage une peur panique, la primauté d’un instinct de survie face au chaos qu’on semble pouvoir appréhender par tous les sens du fait que cette description à valeur d’hypotypose. Les attaques sont terrifiantes puis littéralement aveuglantes, les hommes sont comme des proies d’une menace céleste, divine.

Au moment des combats de Dunkerque, la violence semble être trop importante pour être représentée comme les combats ailleurs dans l’œuvre. Dans le texte, l’auteur intervient alors pour expliquer que la bataille de Dunkerque est la « photographie[9] » d’un tableau de Pieter Brueghel intitulé Le Triomphe de la mort. Ainsi, on passe de l’hypotypose à l’ekphrasis. Cette représentation fantastique illustre ce que ces combats ont d’exceptionnel et d’unique dans l’histoire : une fulgurance de violence sans précédent. Cet évènement n’est pas sans conséquences dans l’histoire des hommes, elle implique un questionnement métaphysique et temporel. 

Le tableau de Pieter Brueghel porte un message similaire à celui de l’Apocalypse dans les textes de Jean à laquelle Aragon fait explicitement référence dans ce passage : personne ne peut échapper au Jugement dernier. Ce jugement intervient à la fin des temps, à la fin de l’Histoire, c’est une intervention divine, une fin sacrée des choses qui doit donner lieu à un renouvellement du temps. En relation avec cette idée de fin et de recommencement, il est intéressant de remarquer que Les Communistes est le roman qui est à la fin du Monde Réel, le cycle romanesque majeur de Louis Aragon. « La fin du monde réel » est même le titre de la postface de notre roman. 

Ainsi, dans les données du combat qui se joue à Dunkerque pour l’avenir des hommes, Louis Aragon s’éloigne de l’Apocalypse traditionnelle pour rejoindre dans une certaine mesure celle de l’un de ses contemporains, Walter Benjamin et sa théorie de l’ange de l’histoire[10] : les hommes, par le progrès, avancent vers leur destruction et l’ange qu’on peut assimiler à l’auteur ne peut que regarder les catastrophes et les ruines qui en découlent. Au travers de Berdoulat puis par sa propre parole auctoriale, Louis Aragon donne à voir par son eschatologie ce que Dunkerque a révélé (en lien avec l’étymologie de « apocalypse), c’est-à-dire les extrémités incroyables auxquelles les hommes se livrent pour se détruire. 

Conclusion

Pour finir, le religieux est récurrent dans Les Communistes. Pour certains personnages, le religieux s’incarne dans une foi catholique qui ne permet pas de salvation ni d’héroïsme dans le combat. Tout au long de son œuvre, Aragon semble décrire en filigrane la progression d’une malédiction des hommes qui courent perpétuellement vers leur perte contre toute forme de raison. L’Apocalypse aragonienne n’est pas le lieu d’une sélection des élus qui survivront parce que ce sont des héros, c’est un destin commun de destruction auquel on ne peut pas échapper.  Le culte aragonien, si on peut l’appeler comme cela, a ses prophètes qui sont des auteurs, ses actions divines qui sont les canons et une idéologie composite entre le catholicisme, Rimbaud et Walter Benjamin qui annonce la fin des hommes et « Le Triomphe de la Mort ».

Les Communistes est finalement une œuvre d’une grande complexité qui a profondément marqué son auteur, qui se considère lui-même comme mort à Dunkerque. Voici ce qu’il dit dans la postface des Communistes : 

Peut-être ne sommes-nous jamais revenus de Dunkerque et, notre vie, ce sont des fantômes qui l’ont à notre place vécue, des squelettes déguisés à notre semblance, emmitouflés dans leurs suaires, insensibles évidemment à tout ce qui a pu se produire par la suite, et qui traversent depuis ce temps le monde des choses visibles avec le ricanement de l’enfer[11]… 

Bibliographie 

Aragon Louis, Daniel Bougnoux et Bernard Leuilliot, Œuvres romanesques complètes III, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », no 493, 2003.

Aragon Louis, Daniel Bougnoux, Bernard Leuilliot et Nathalie Piégay, Œuvres romanesques complètes IV, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », no 545, 2008.

Benjamin Walter, Sur le concept d’histoire ; suivi de Eduard Fuchs, le collectionneur et l’historien ; et de Paris, la capitale du XIXe siècle / Walter Benjamin ; traduction inédite de l’allemand par Olivier Mannoni ; préface de Patrick Boucheron, Paris, Editions Payot & Rivages, coll. « Petite bibliothèque Payot philosophie », 2013.

Boireau Marie-France, « Aragon, romancier penseur de l’histoire », dans Erwan Caulet, Corinne Grenouillet et Patricia Principalli (éd.), Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n°15 : Aragon, trente ans après, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet », 2020, p. 159-173.

Hartog François, « L’apocalypse, une philosophie de l’histoire ? », Esprit, no 6, 3 juillet 2014.

Peyroles Aurore, « Les Communistes d’Aragon ou l’invention d’un roman à thèse lisible », dans Isabelle Durand-Le Guern (éd.), Roman et politique : Que peut la littérature ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2016, p. 195-207. Container-title: Roman et politique : Que peut la littérature ?

Vassevière Maryse, « Les Communistes : un roman à thèse et ses anomalies ou l’Apocalypse et le carnaval », dans Recherches croisées Aragon-Elsa Triolet, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, coll. « Collection Annales littéraires », no 719, 2001.


[1] M.-F. Boireau et R. Lahanque, Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 268.

[2] L. Aragon, D. Bougnoux et B. Leuilliot, Œuvres romanesques complètes III, Paris, Gallimard, 2003, p. 841. 

[3] L. Aragon et al.Œuvres romanesques complètes IV, Paris, Gallimard, 2008, p. 381.

[4] Ibid., p. 565.

[5] Ibid., p. 77.

[6] Ibid., p. 202.

[7] Ibid., p. 262.

[8]Ibid., p. 245.

[9] Ibid., p. 573.

[10] Benjamin Walter, Sur le concept d’histoire, Paris, Editions Payot & Rivages, 2013.

[11] L. Aragon et al.Œuvres romanesques complètes IVop. cit., p. 573.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Cusset (16 décembre 2023). L’étonnante place du religieux dans Les Communistes de Louis Aragon . CAELum. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofav


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search