Le démonstratif adnominal tchèque TEN en cours de grammaticalisation vers l’article défini

Jan Dvorak – ENS de Lyon

[Ire journée des Arts et Lettres. ENS de Lyon, 18 juin 2020]

Introduction : du démonstratif à l’article défini

Il est une chose bien connue que le démonstratif en position adnominale est la source la plus commune de l’article défini dans les langues du monde (cf. Carlier et de Mulder, 2011 ; Diessel : 1999 ; Greenberg, 1978 ; Himmelmann, 1997 et 2001 ; Krámský, 1972 ; Lyons : 1999). Le passage d’une catégorie à l’autre relève d’un type de grammaticalisation, à savoir d’un processus au cours duquel des catégories lexicales deviennent grammaticales ou des catégories grammaticales deviennent davantage grammaticales (cf. Heine et Kuteva, 2002 ; Hopper et Traugott, 2003 [1993] ; Marchello-Nizia, 2009). Dans le cas de la transition démonstratif-défini, le processus est caractérisé par un certain nombre de constantes. En général, ce sont ou bien les formes du démonstratif neutres eu égard à la distance ou bien les formes marquant l’éloignement du référent par rapport aux participants à l’interlocution (dans les systèmes orientés par rapport à la personne, tel le latin, il s’agit de la forme associée à la personne délocutive). Un démonstratif engagé dans un processus de grammaticalisation subit un « bleaching » (cf. Givón, 1971 ; Lehmann, 1995 ; Peyraube, 2002 propose l’équivalent français de « javélisation »), équivalant à la perte de sa sémantique déictique (dont, éventuellement, sa capacité à marquer la distance), ainsi qu’une réduction sur le plan phonétique (illele ; þætthe). Le nouvel article défini se propage dans un sens bien précis, en partant essentiellement des types d’usage déictique (situationnel), anaphorique et mémoriel[1] pour embrasser, au fur et à mesure, les autres types d’usages. Ces derniers constituent des contextes réservés au seul défini et n’admettent pas de démonstratifs : les anaphores associatives, les noms à référents uniques (les « concepts individuels » de Löbner, 2011), les noms à référent générique, etc. :

From a diachronic viewpoint, definite determiners indeed spread along the scale […] from deictic and anaphoric uses to semantically unique uses like associative anaphora, individual nouns (the sun) and generic NPs (the Panda). (Hofherr et Zribi­Hertz, 2014 : 9) 

La situation en tchèque

De même que les autres langues slaves occidentales, le tchèque (notamment sa variété parlée informelle) serait, selon de nombreux auteurs (cf. Adamec, 1983 ; Berger, 1993 ; Krámský, 1972 ; Mat­hesius, 1926 ; Vey, 1946 et Zíková, 2017), en train de développer un article défini à partir du démonstratif ten, considérablement affaibli sur le plan déictique et neutre pour ce qui est de l’expression de la distance[2]. Pour évaluer le degré de grammaticalisation de ten, la comparaison avec le français est en partie révélatrice : on voit que ce « démonstratif » apparaît dans des contextes où le français va spontanément employer le défini. Voici deux exemples, dont le premier est anaphorique et le second, situationnel :

(1) Un homme entra avec un chien au bout d’une laisse. Le chien avait soif et l’homme avait l’air fatigué. [vs ?? Ce chien avait soif et cet homme avait l’air fatigué ??] (on oppose deux référents ressortissant à une classe référentielle différente)

vs

Veše-l                muž                    a  na vodítk-u                        ved-l                            ps-a.
enter-PST.3SG.M homme.NOM.SG et  sur laisse-LOC.SG    mener-PST.3SG.M           chien-ACC.SG

 (Ten)               pes                               mě-l                             žízeň                            a
ten.M.NOM.SG chien.NOM.SG TEN         avoir-PST.3SG.M            soif.ACC.SG homme       et

(ten)                muž                 vypada-l                      unaveně.
ten.M.NOM.SG homme.NOM.SG avoir l’air-PST.3SG.M    de façon fatigué

(2) Un adulte dit à un enfant qui est en train de jouer avec un balon : Donne-moi le balon ! (un seul balon est présent dans la situation)

vs

D-ej                             mi                    ten                               míč!
donner-IMP.2SG         moi.DAT         ten.M.ACC.SG             balon.ACC.SG

En (2), la présence de ten est même ressentie par les locuteurs tchèques comme obligatoire pour la grammaticalité de l’énoncé. Les deux contextes représentés par les deux exemples susmentionnés relèvent de la définitude « pragmatique » (Löbner, 1985 et 2011). Ces contextes sont ceux qui admettent également le démonstratif, et où ces deux unités grammaticales sont ainsi en concurrence. D’autre part, il y a la définitude « sémantique », terme qui désigne tous les emplois de l’article défini dont le démonstratif est exclu. Dans le cas de la définitude sémantique, l’unicité dénotative du concept a d’abord sa source dans la sémantique du syntagme nominal (nom et ses compléments), contrairement à la définitude pragmatique, où c’est le contexte qui en est responsable.

Comme l’écrit Ortmann (2014 : 298) :

If a language employs definiteness markers in only some contexts but not in others, these contexts will always comprise those of pragmatic uniqueness […]      

En tchèque, ten accompagne souvent le nom en contextes de définitude pragmatique, y compris là où une langue à articles définis, tel le français, recourt spontanément au défini (cf. les exemples (1) et (2)). Dans certains de ces contextes, ten est (quasi-)obligatoire (cf. l’exemple (1)). En plus de cela, le ten doté d’une valeur articulaire peut également être présent avec certains contextes se trouvant à la charnière entre les définitudes pragmatique et sémantique. Parmi ces contextes, l’on trouve notamment certains cas d’anaphore associative, ainsi que les noms modifiés par les adjectifs au superlatif et les numéraux ordinaux. Si on prend le cas de l’anaphore associative[3], il est bien connu qu’elle n’admet pas d’authentiques démonstratifs :

Après être allés au cinéma, ils ont encore discuté du film. [vs *Après être allés au cinéma, ils ont encore discuté de ce film ??]

(3) ce film
(Si le défini est remplacé par le démonstratif, l’énoncé n’est pas agrammatical, mais la lecture en anaphore associative disparaît.)          (exemple inspiré par Czardybon, 2017 : 90)

Or en tchèque parlé informel, certaines anaphores associatives peuvent accueillir ten. L’exemple (4) est une traduction tchèque de l’exemple (3) :

(4) Po      kin-ě                     se     ještě     bavi-l-i                     o    (tom)                    film-u.  
 après  cinéma-LOC.SG  REFL encore    discuter-PST-3PL.M   de  ten.M.LOC.SG       film-LOC.SG

Mise à part une fréquence accrue de ten en contextes de définitude pragmatique – dont notamment l’emploi anaphorique (cf. Zíková, 2017) – la meilleure preuve de l’avancement de ten vers un statut d’article défini est justement sa présence en contextes ayant trait à la définitude sémantique, et dont les vrais démonstratifs sont exclus.

Méthodologie

Pour nos analyses, nous avons choisi un échantillon de 1 000 occurrences de complexes nominaux démonstratifs[4], prélevées sur les résultats d’une requête ayant pour but de trouver toutes les occurrences de noms introduits par un démonstratif. L’annotation a eu lieu dans le logiciel textométrique TXM, développé par le groupe de recherche CACTUS à l’ENS de Lyon. Chacune des 1 000 occurrence a été annotée compte tenu de la grammaticalisation (présumée) du démonstratif adnominal. À cet égard, une série de critères ont été utilisés, inspirés notamment des travaux d’Himmelmann (1997), de Laury (1997) et de Zíková (2017).

Dans le domaine des emplois situationnels (l’exemple (2)), ten est devenu (quasi-) obligatoire (cf. Berger, 1993). Dans le domaine de l’anaphore, nous avons notamment regardé le nombre d’apparitions du référent dans le discours, ainsi que la distance entre l’occurrence concernée et la mention antérieure :

(5) L1 :      ti                      soused-i           jak jsem ti           vo nich           vyprávě-l-a
ten.M.NOM.PL voisin-NOM.PL que.? AUX toi.DAT de eux.LOC      raconter-PST-3SG.F

jak       tam       bydle-l-i               u       mě .      ty                     NP[5] jak . voni
que.?     là-bas    habiter-PST-3PL.M chez moi.ACC ten.M.NOM.PL NP que.? eux.NOM

mě-l-i                tapety                           tam      padesát            let
avoir-PST-3PL.M papier peint-NOM.PL     là-bas    cinquante           an.GEN.PL

L2 :      no tak to           já                     je                     ne* 
MOD    moi.NOM          eux.ACC           NEG

L1 :      a ona               ještě     byl-a                kuřák .              a vona             rád-a
et elle.NOM       en plus être.PST-3SG.F fumeur.NOM.SG et elle.NOM content-F.SG

děla-l-a                       tydlet-y                        panenk-y          v-í-š
fabriquer-PST-3SG.F       tenhleten-F.ACC.PL       poupée-ACC.PL savoir-PRS-2SG

L2 :      já                     v-í-m
moi.NOM          savoir-PRS-1SG

L1 :      ona         skoro   byl-a              už         na        smrt                 nemocn-á .
elle.NOM presque être.PST-3SG.F déjà      à          mort.ACC.SG    malade-F.NOM.SG

L1 :      já             jsem   tam     přiš-l-a             ona                  mi        ukazova-l-a     
moi.NOM AUX   là-bas arriver-PST-3SG.F elle.NOM          moi.DAT montrer-PST-3SG.F

panenk-y .
poupée-ACC.PL

já            řík-á-m             no                 Dáš-o               ale       je             to     
moi.NOM dire-PRS-1SG MOD                Dáša-VOC         mais être.PRS.3SG cela.NOM

na úkor .
à détriment.ACC.SG

se         urazi-l-a .         no poněvač . a teď                    tam      přiše-l .
REFL vexer-PST-3SG.F MOD parce que et maintenant         là-bas    arriver-PST.3SG.M

nov-ej                          majitel .
nouveau-M.NOM.SG      propriétaire.NOM.SG

a ty                  představ              si       ty                     tapet-y            
et ten.F.ACC.PL imaginer.IMP.2SG REFL ten.F.ACC.PL    papier peint-ACC.PL

muse-l
devoir-PST.3SG.M

strhat .             to    byl-y             ještě takov-ý             ze západní-ho
arracher.INF       ce   être.PST-3PL.F encore tel-F.NOM.PL de occidental-N.GEN.SG

Německ-a                     rozum-í-š .
Allemagne-N.GEN          comprendre-PRS-2SG

proto                mi                    tam       děla-l-y            sbíječk-y
c’est pour ça que moi.DAT           là-bas    faire-PST-3PL.F marteau-piqueur-NOM.PL

to             vše-cko              šl-o               dolů    to                     byl-o               
cela.NOM tout-N.NOM.SG aller.PST-3SG.N en bas cela.NOM          être.PST-3SG.N

příšern-ý
horrible-N.NOM.SG

tak dlouho  ty                          tapet-y                         tam byl-y                      že jo 
si longtemps ten.F.NOM.PL         papier peint-NOM.PL là-bas être.PST-3PL.F          MOD

L1 : ces voisins que je t’ai parlé d’eux, ceux qui vivaient chez moi, ces NP, ceux qui avaient chez eux des papiers peints depuis cinquante ans
L2 : bon, moi, je les connais p*
L1 : et en plus de ça, elle fumait et elle aimait faire ces espèces de poupées, tu vois
L2 : je vois
L1 : elle était presque mortellement malade, j’y suis arrivée, elle m’a montré des poupées, je lui dis mais Dáša, ça, c’est au détriment de… elle s’est vexée parce que bon… et maintenant, il y a un nouveau propriétaire qui est arrivé, et imagine qu’il a été obligé d’arracher ces papiers peints, en plus c’était des papiers peints d’Allemagne de l’Ouest, tu vois, c’est pour ça que j’avais des marteaux-piqueurs à côté de chez moi, il fallait bien enlever tout ça, c’était horrible, ça faisait si longtemps que les papiers peints étaient là, tu vois                                            ortofon v1

En (5), le référent de tapety (papiers peints) est d’abord introduit dans le discours par un nom nu. Douze propositions plus tard, sa continuité est assurée par ten. Cette seconde mention établit le référent comme saillant – ten est ainsi considéré par nous comme un vrai démonstratif. Mais seulement cinq propositions plus tard et après que le référent a été repris par un ten pronominal (to et to všechno), le même nom est de nouveau introduit par ten. À ce moment de sa reprise, non seulement le référent est identifiable pour celui qui reçoit le message, mais il est aussi bien activé dans son esprit. Ainsi, nous sommes d’avis que ten est ici plus proche de l’article défini, d’où les papiers peints dans notre traduction française.

         En ce qui concerne les emplois mémoriels de ten, la plupart ont été évalués comme relevant de la grammaticalisation. Ainsi employé, le démonstratif introduit un référent nouveau du point du vue du discours mais identifiable pour l’interlocuteur. En effet, un taux de présence élevé du démonstratif dans ce contexte semble être un trait typique des langues où le démonstratif a entamé sa voie vers l’article défini (cf. Laury, 1997 pour le finnois) :

(6) a  ten                  olivov-ej                olej ..           co          jsme      kupova-l-i ..
et ten.M.NOM.SG d’olive-M.NOM.SG huile.NOM.SG que.M.ACC.SG    AUX achter-PST-1PL.M

tak    ten                                   je                     taky  už             podražen-ej
alors celui-ci.M.NOM.SG       être.PRS.3SG            aussi déjà            plus cher-M.NOM.SG     

et (cette)/l’huile d’olive… qu’on achetait…, alors elle aussi, elle coûte déjà plus cher  
ortofon v1

         Ten a également été analysé comme encourant la grammaticalisation lorsqu’il était employé avec un nom modifié par un complément établissant son unicité dénotative. Ce cas inclut notamment les subordonnées relatives dites « establishing » par Hawkins (1978), mais aussi certaines subordonnées complétives, ainsi que les noms modifiés par les adjectifs superlatifs, les ordinaux et d’autres termes semblables. Dans tous ces contextes, ten tend de plus en plus à s’introduire en tchèque (parlé informel) :

(7) přijd­u             znova          třeba   znova         o zaměstnán­í   znova       že jo takže
perdre­PRS.1SG de nouveau    MOD  de nouveau  de travail­ACC.SG de nouveau MOD du coup

jakoby tu         a tam    něco                            zaplat­í­m
MOD    par-ci    et par-là quelque chose.ACC         payer­PRS-1SG

ale       ten                   dluh                 co                    tam       by­l     
mais     ten.M.ACC.SG  dette.ACC.SG    qui.NOM           là-bas    être­PST.3SG.M

ten                               ne­můž­u                     platit                                                  
celui-ci.M.ACC.SG        NEG­pouvoir­PRS.1SG   payer.INF

puis je perds de nouveau mon travail, tu vois ; du coup, je rembourse quelque chose par-ci par-là, mais je peux pas rembourser la dette qui était déjà là avant               ortofon v1

(8) to         jsem     by-l-a               teďka               v Drážďan-ech             když
MOD    AUX     être-PST-3SG.F  maintenant         à Dresde-LOC.PL           quand

by-l-y               ty                     nej-větš-í                                 slejvák-y
être-PST-3PL.M ten.M.NOM.PL  SUP-plus grand-M.NOM.PL         saucée-NOM.PL

récemment, j’étais à Dresde, au moment des saucées les plus violentes              ortofon v1

Ensemble avec l’anaphore associative – où ten a également été considéré, dans nos données, comme s’approchant de l’article défini (voir l’exemple (4)) – ces cas sont généralement regardés comme se situant entre les définitudes « pragmatique » et « sémantique » (cf. Löbner, 1985 et 2011 ; Ortmann, 2014). Vu qu’au sein de tous ces emplois, ten réfère en aval, au complément restrictif du nom, il est possible de les subsumer sous le terme générique de « cataphore structurale » ou « intrasyntagmatique » (cf. Halliday et Hasan, 1976).

La traduction d’une occurrence dans une langue à articles définis comme le français a constitué un autre outil d’évaluation du statut articulaire de ten. Lors de nos analyses, nous avons rencontré, par ailleurs, un nombre considérable d’occurrences où le degré de grammaticalisation n’a pu être évalué avec certitude[6].

Résultats

Notre échantillon contenait 967 occurrences de ten contre seulement 33 occurrences introduites par les autres formes du démonstratif. Voici un tableau avec les fréquences relatives des différents paradigmes du démonstratif défini :

LEMMEFréquence relative (n° d’occurrences pour un million de positions)
ten15 829
Les autres lemmes550
Au total16 379

Tableau 1 : la fréquence relative du paradigme de ten comparée à celle des autres paradigmes du démonstratif défini (échantillon initial obtenu avec la requête, avant la définition de l’échantillon représentatif de 1 000 occurrences)

Voici à présent un tableau recensant les occurrences de ten évaluées comme étant en voie de grammaticalisation[7]. Le nombre de ces occurrences est comparé au nombre total d’occurrences du type d’emploi en question :

Type et sous-type d’emploiOccurrences grammaticaliséesNombre total d’occurrences%[8]
Emplois mémoriels25728490,5
Emplois anaphoriques8714360,8
Emplois cataphoriques626398,4
Emplois situationnels445088
Autres types d’emplois et occurrences ambiguës04270
Au total45096746,5

Tableau 2 : la proportion des occurrences de TEN encourant la grammaticalisation par type d’emploi

Nous constatons ainsi que des 967 occurrences de ten, il y en aurait 450 que l’on pourrait, à notre avis, considérer comme engagées dans le processus de grammaticalisation (soit 46,5 % de toutes les occurrences). Maintenant, si nous nous penchons sur le profil de ces occurrences, nous voyons que le plus grand nombre d’entre elles (257) apparaît en emploi mémoriel, soit plus de 90 % de toutes les occurrences mémorielles de l’échantillon[9]. Ensuite, 149 occurrences jugées grammaticalisées apparaissent en contextes endophoriques (anaphoriques et cataphoriques), sachant que l’ensemble des phénomènes relevant de la « cataphore intrasyntagmatique » (voir supra) constituent 41,6 % de cette catégorie. Et, enfin, 44 occurrences où ten a été jugé grammaticalisé sont des emplois déictiques situationnels.

Le plus grand nombre d’occurrences grammaticalisées apparaît ainsi en emploi mémoriel, puis en emploi endophorique et, finalement, en emploi situationnel. Ce bilan est proportionnel aux taux de représentation des différents emplois dans l’échantillon (l’emploi mémoriel occupe plus de place, dans l’ensemble du corpus, que l’emploi endophorique, qui, lui, est plus présent que l’emploi situationnel). Il peut aussi être intéressant de comparer le nombre d’occurrences grammaticalisées avec le nombre total d’occurrences pour chaque emploi. Là, il s’avère que cette proportion est la plus élevée pour l’emploi mémoriel (voir supra) ; pour l’endophore, la proportion est plus basse (72,3 %), sachant que les emplois qui contribuent beaucoup à ce chiffre ressortissent soit à l’anaphore associative soit à la « cataphore intrasyntagmatique ». Au sein de l’emploi situationnel, la part des occurrences grammaticalisées atteindrait 86 %.

Enfin, nous tenons à dire un mot au sujet des occurrences n’entrant dans aucune des catégories susmentionnées et représentant à peu près 44 % de toutes les occurrences de l’échantillon. La majorité de ces occurrences associe ten avec un nom ressortissant à un concept de la pure définitude sémantique ou à un nom en emploi générique. Comme cela a été relevé par de nombreux auteurs (cf. Mathesius, 1926 ; Adamec, 1983 ; Berger, 1993 ; Šimík, 2015), ce cas de figure doit être tenu à l’écart, car la valeur de ten n’y est pas assimilable à celle d’un article défini en émergence. En effet, ten garde ici sa pleine sémantique déictique et sert à exprimer un rapport émotionnel du locuteur avec le référent, rapport qui peut être de l’ordre de l’affectivité, de la prise de distance ou d’un simple rappel qu’il a déjà été question du référent auparavant. En voici trois exemples :

(9)Jen          kdyby             mne         ta                   hlav-a              přesta-l-a             bolet!
seulement si.COND   moi.DAT     ten.F.NOM.SG    tête-NOM.SG     cesser-PST-3SG.F  faire mal.INF
Si seulement je n’avais plus mal à la tête ! (Mathesius, 1926 : 40)

L1 : pak           jsou                  holk-y              tady z   toho                      pokoj-e         
       après           être.PRS.3PL     fille-NOM.PL     ici     de ten.M.GEN.SG    chambre-GEN.SG

L2 : tady z        tohodle               prvn-ího ? ..             to        
         ici   de       tenhle.M.GEN.SG premier-M.GEN.SG      ce.NOM

        jsou                      všechno           čtvrťačk-y ?
       être.PRS.3PL           tout.N.NOM.SG  élève de terminale-NOM.PL

L1 : no             Elišk-a ..          Míš-a               a  ta                 Kamč-a
MOD          NP-F.NOM.SG   NP-F.NOM.SG   et ten.F.NOM.SG NP-F.NOM.SG

L1 : après, y a les filles de cette chambre-là
L2 : de cette première chambre ? ce sont toutes des filles de terminale ?
L1 :  bah, Eliška… Míša et (cette) Kamča                            Ortofon v1

(11) L1 : když           by        by-l                      Jindr-a                        voln-ej .               tak   by                  
   si         COND        être.PST-3SG.M   NP-M.NOM.SG       libre-M.NOM.SG alors COND

řek-l                            Jindr-ovi         
dire-PST.3SG.M             NP-M.DAT.SG       

L2 : no             protože             von                  říka-l                jakoby že že
         MOD        parce que           lui.NOM    dire-PST.3SG.M         MOD   que

ten                   Jindr-a ..         von                  vo něm             mluvi-l
ten.M.NOM.SG  NP-M.NOM.SG  lui.NOM           de lui.LOC        parler-PST.3SG.M

L1 : si Jindra était libre il demanderait à Jindra
L2 : ouais parce que lui, il disait genre que Jindra… il a parlé de lui     Ortofon v1

Dans tous ces énoncés, ten introduit un nom dont l’identification ne repose pas sur le contexte immédiat (cas de définitude pragmatique), comme c’est normalement le cas avec cette unité linguistique (cf. Corblin, 1987; Diessel, 1999 ; Kleiber, 1984). En (9), le locuteur se plaint de ses maux de tête. En (10), en employant le démonstratif, la locutrice fait savoir qu’elle n’est pas tout à fait familière de la personne prénommée Kamča[10]. Et, enfin, en (11), la combinaison ten + nom propre de personne signale que la personne prénommée Jindra a déjà fait l’objet du discours antérieur[11].

Conclusion

Dans notre étude, nous nous sommes intéressé au statut de ten en position adnominale au sein d’un échantillon de 1 000 occurrences provenant d’un corpus de tchèque parlé informel. Habituellement classé parmi les démonstratifs, ten connaît néanmoins une expansion considérable dans ses emplois. Ainsi, il se dégage des exemples susmentionnés que la sphère d’emploi de ten dépasse de loin celle d’authentiques démonstratifs, dotés de leur sémantisme déictique relevé par les linguistes. En ce sens, sa nature se rapproche de plus en plus de celle de l’article défini des langues qui en disposent. En témoigne notamment sa présence renforcée avec la définitude pragmatique, mais également sa prolifération en contextes situés à la limite de la définitude sémantique. Si nous partons du critère en vertu duquel la grammaticalisation d’un démonstratif s’achève au moment où celui-ci devient systématique en contextes de pure définitude sémantique (cf. Himmelmann, 1997 et 2001 ; Carlier et De Mulder, 2011), il nous faut conclure que le tchèque reste, pour le moment, une langue sans article défini. Pourtant, les conditions semblent réunies pour qu’un jour, il puisse basculer du côté des langues à articles.

Bibliographie

ADAMEC P., 1983, « České zájmeno ten a jeho ruské ekvivalenty », in HRABĚ V. (dir.) et ŠIROKOVOVÁ A. G. (dir.), Konfrontační studium ruské a české gramatiky a slovní zásoby, II, Prague, Université Charles, 153-170.

BERGER T., 1993, Das System der tschechischen Demonstrativpronomina. Textgrammatische und stilspezifische Gebrauchsbedingungen, thèse d’habilitation non publiée, München, Ludwigs-Maxmilians-Universität.

HEINE B. et KUTEVA T., 2002, World lexicon of grammaticalization, New York, Cambridge University Press.

CARLIER A.et DE MULDER W., 2011, « The Grammaticalization of Definite Articles », in HEINE B. (dir.) et NARROG H. (dir.), The Oxford Handbook of Grammaticalization, Oxford, Oxford University Press, 522-535.

CORBLIN F., 1987, Indéfini, défini et démonstratif : constructions linguistiques de la référence, Genève/Paris, Droz.

CZARDYBON A., 2017, Definiteness in a Language without Articles – A Study on Polish, thèse de doctorat, Düsseldorf, Düsseldorf University Press.

DIESSEL H., 1999, Demonstratives. Form, Function, and Grammaticalization, Amsterdam, J. Benjamins Publishing Company.

GIVON T., 1971, « Historical Syntax and Syntactic Morphology: an Archaeologist’s Field Trip », Chicago Linguistic Society, 7, 394-415.

GREENBERG J., 1978, « How Does a Language Acquire Gender Markers? » in GREENBERG J. (dir.), Universals of Human Language. Word Structure, 3, Stanford, Stanford University Press, 47-82.

HIMMELMANN N., 2001, « Articles », in HASPELMATH M. (dir.), KOENIG E. (dir.), OESTERREICHER W. (dir.) et RAIBLE W. (dir.), Language Typology and Language Universals, Berlin/New York, de Gruyter, 831-841.

HALLIDAY M. et HASAN R., 1976, Cohesion in English, London, Longman.

HAWKINS J. A., 1978, Definiteness and Indefiniteness, London, Croom Helm.

HEIDEN S., MAGUE J-P. et PINCEMIN B., 2010, « TXM : Une plateforme logicielle open-source pour la textométrie – conception et développement », in BOLASCO I. C. S. (dir.), Proc. of 10th International Conference on the Statistical Analysis of Textual Data, JADT, 2010, 2, 1021-1032, Rome, Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto, [En ligne], téléchargé le 24 février 2019, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00549779.

HIMMELMANN N., 1997, Deiktikon, Artikel, Nominalphrase. Zur Emergenz syntaktischer Struktur, thèse de doctorat, Tübingen, Niemeyer.

HOFHERR P. C. (dir.) et ZRIBI-HERTZ A. (dir.), 2014, Crosslinguistic Studies on Noun Phrase Structure and Reference, Leiden, Brill.

HOPPER P. J. et TRAUGOTT E. C., 2003 [1993], Grammaticalization, Cambridge, Cambridge university press.

KLEIBER G., 1991, « Du nom propre non modifié au nom propre modifié : le cas de la détermination des noms propres par l’adjectif démonstratif », Langue française, [En ligne], 92/1, 82-103, consulté le 12 septembre 2017, URL : https://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1991_num_92_1_6213.

KLEIBER G., 1984, « Sur la sémantique des descriptions démonstratives », Linguisticae Investigationes, 8/1, 63-85.

KOPŘIVOVÁ M., KOMRSKOVÁ Z., LUKEŠ D., POUKAROVÁ P. et ŠKARPOVÁ M., 2017, « ORTOFON : Corpus de tchèque parlé informel avec un système de transcription à plusieurs niveaux », Institut du Corpus national tchèque, Faculté des Lettres de l’Université Charles, Prague, [En ligne], URL : https://wiki.korpus.cz/doku.php/en:cnk:ortofon.

KRÁMSKÝ J., 1972, The article and the concept of definiteness in language, Hague, Mouton.

LAURY R., 1997, Demonstratives in interaction. The emergence of a definite article in Finnish, Amsterdam/Philadelphia, J. Benjamins Publishing Company.

LEHMANN C., 1982, 1985, 1995, Thoughts on grammaticalization, München, LINCOM-Europa.

LOEBNER S., 2011, « Concept Types and Determination », Journal of Semantics, [En ligne], 28/3, 279-333, téléchargé le 18 septembre 2018, URL : https://academic-oup-com.acces.bibliotheque-diderot.fr/jos/article/28/3/279/1660018.

LOEBNER S., 1996, « Definite Associative Anaphora », in BOTLEY S. P. (dir.), Approaches to Discourse Anaphora: Proceedings of DAARC96 – Discourse Anaphora and Resolution Colloquium, Lancaster University, July 17th–18th 1996, Lancaster, University Centre for Computer Corpus Research on Language.

LOEBNER S., 1985, « Definites », Journal of Semantics, [En ligne], 4/4, 279-326, téléchargé le 28 novembre 2018, URL : https://academic-oup-com.acces.bibliotheque-diderot.fr/jos/article/4/4/279/1612653.

LYONS C., 1999, Definiteness, Cambridge, Cambridge University Press.

MARCHELLO-NIZIA C., 2009, Grammaticalisation et changement linguistique, Louvain-La-Neuve, De Boeck Supérieur.

MATHESIUS V., 1926, « Přívlastkové ten, ta, to v hovorové češtině », Naše řeč, [En ligne], 10/2, 39-41, consulté le 26 février 2017, URL : http://nase-rec.ujc.cas.cz/archiv.php?art=1316.

ORTMANN A., 2014, « Definite article asymmetries and concept types: semantic and pragmatic uniqueness », in GAMERSCHLAG T. (dir.), GERLAND D. (dir.), RAINER O. (dir.) et PETERSEN W. (dir.), Concept types and frames – Applications in Language, Cognition and Philosophy, Dordrecht, Springer, 293-322.

PEYRAUBE A., 2002, « L’évolution des structures grammaticales », Langages, 36/146, 46-58.

ŠIMÍK R., 2015, « On pragmatic demonstratives: The case of pragmatic discourse anaphora in Czech », Proceedings of Sinn und Bedeutung, [En ligne], 20, consulté le 26 février 2019, URL : https://semanticsarchive.net/sub2015/SeparateArticles/Simik-SuB20.pdf.

VEY M., 1946, Morphologie du tchèque parlé, Paris, C. Klincksieck. ZÍKOVÁ M., 2017, Gramatikalizační potenciál anaforické funkce lexému ten v mluvených narativech, thèse de doctorat non publiée, Prague, Université Charles de Prague, [En ligne], téléchargé le 15 mars 2019, URL : https://dspace.cuni.cz/handle/20.500.11956/91732.

Notes


[1] Les « recognitional uses » de Himmelmann, 1997. Le référent n’est pas présent dans la situation d’énonciation et il n’a pas été mentionné dans le discours antérieur. Son identification dépend ainsi d’une connaissance partagée entre le locuteur et l’interlocuteur.

[2] Les autres formes majeures du système du démonstratif défini tchèque sont tento/tenhle pour un référent proche et tamten/onen pour un référent éloigné. Nombre d’autres formes se retrouvent dans le registre parlé informel (cf. Berger, 1993).

[3] Une entité (un référent de discours) est introduite comme définie en première mention. Cette définitude repose sur un lien conventionnel plus ou moins solide entre cette entité et une autre entité introduite précédemment (« […] a hidden link or anchor which has to be introduced earlier. » (Löbner, 1996 : 1)).

[4] Toutes les formes du démonstratif, non seulement le paradigme de ten.

[5] Nom propre de personne.

[6] Notamment faute d’avoir accès à un contexte de taille suffisante permettant de déterminer le type d’emploi. Il convient de rappeler que l’ambiguïté est une chose tout à fait naturelle lorsque l’on travaille avec des exemples authentiques.

[7] Rappelons que seul ten peut être grammaticalisé, à la différence des autres formes du démonstratif tchèque.

[8] Les chiffres sont arrondis au dixième.

[9] Parmi les occurrences mémorielles jugées non grammaticalisées, l’on trouve notamment la combinaison de ten précédé de nějaký (quelque/certain) ou takový (tel). Cette combinaison est problématique du fait que le premier actualisateur est indéfini.

[10] Comme l’écrit Kleiber (1991 : 92) au sujet du même effet en français : « Ainsi le locuteur peut vouloir indiquer que la connaissance qu’il a du référent n’est pas parfaite ou totale, que celui-ci présente des aspects inconnus, troubles, mystérieux, etc. L’emploi du SN démonstratif Ce + Nom propre lui permet alors de souligner une telle distance là où l’emploi d’un nom propre non modifié irait dans la direction opposée, celle de la familiarité. »

[11] Ce type d’emploi du démonstratif, assez unique à en croire la comparaison avec d’autres langues (y compris slaves) a été décrit par Adamec (1983), qui parle de « fonction de rappel » („připomínací funkce“) de ten.


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.