Le récit d’asile, de l’interaction au texte : approche sociolinguistique

Lou Bouhamidi

[1re journée des Arts et Lettres. ENS de Lyon, 18 juin 2020]

En France, le dossier de demande d’asile requiert un récit de vie rédigé en français. Il s’agit de la pièce maîtresse du dossier administratif, censée détailler les persécutions subies par le·la demandeur·se et argumenter en sa faveur. Ce récit, censé être factuel, cohérent, précis, doit ensuite être envoyé à l’Office Français Pour les Réfugiés et Apatrides (OFPRA). Si la demande est rejetée en première instance, le·la demandeur·se peut faire un recours auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA). Son recours doit alors être adossé à de nouveaux éléments, qu’ils soient de l’ordre du remaniement du récit, de l’appui par des pièces à conviction, ou par des attestations médicales de séquelles. La consultation médicale constitue donc un moment facultatif au sein d’un éventuel recours.

C’est ce deuxième temps, non obligatoire, de formulation du recours qui m’intéresse, à l’occasion duquel le récit d’asile se voit généralement réélaboré. Afin de l’analyser plus concrètement, je dispose d’une interaction filmée entre une demandeuse d’asile et un professionnel de santé, recueillie dans le cadre du projet ANR Remilas[1]. L’entretien a été filmé au MéDA (Médecine et Droit d’Asile), une association lyonnaise de médecins bénévoles qui fournit des certificats médicaux attestant de traces physiques ou psychologiques de possibles persécutions subies par les demandeur·ses d’asile. Le rôle de ces médecins mérite en effet d’être qualifié de « quête-enquête » (Chambon et al. à paraître), en ce qu’il consiste à sonder l’histoire de la personne pour en tirer des éléments probants et ainsi co-(re)construire son récit. C’est une tâche de recherche qui, tout en faisant surgir une parole subjective chez le·la patient·e, déborde la compétence proprement médicale.

L’interaction à laquelle je m’adosse dure le temps d’une consultation d’une heure et demie. Interviennent une requérante nigériane anglophone et un médecin également anglophone (mais l’anglais n’est la langue de première socialisation pour aucun des deux), ainsi qu’une interprète (français-anglais). Tous trois utilisent alors l’anglais comme langue véhiculaire (ou lingua franca). L’échange a lieu dans le bureau du médecin, en face-à-face. S’y trouvent aussi un ordinateur, le dossier papier de la requérante en possession du médecin, incomplet (il manque la version du récit qui a été présentée à l’OFPRA). Ce rendez-vous constitue une sorte de dernière chance pour la requérante, dont l’audience à la CNDA a lieu le lendemain. Les participant·es doivent donc composer dans ce que l’on peut appeler un « stress administratif », l’agenda très serré de la requérante entrant en tension avec le temps indéterminé à l’avance, et pourtant nécessaire, de la réélaboration du récit.

Le passage étudié ici intervient environ une demi-heure après le début de la visite, et se focalise sur un problème de compréhension des interactant·es dû à l’alternance du genre du pronom employé en anglais par la requérante : celle-ci emploie tantôt he, tantôt she comme deux variantes de la troisième personne du singulier. Son histoire pourrait être brièvement résumée en ces termes : pour fuir un mariage forcé et l’excision au Nigéria, elle est cachée par sa mère chez une amie à elle, qui s’avère faire partie d’un réseau de maquerelles qui organise la prostitution jusqu’en France. Plus précisément, l’extrait choisi se centre sur le rôle (et le genre) de la passeuse à laquelle la requérante a eu affaire pour passer de la Libye à l’Italie.

Dans ces conditions, je me demanderai quelles sont les ressources langagières, voire communicationnelles et matérielles engagées pour procéder à la reconstitution temporelle du récit, et comment les acteur·ices négocient avec les contraintes qu’ils rencontrent afin de les dépasser. Pour tenter d’y répondre, je présenterai dans un premier temps le nœud interactionnel de non-compréhension mutuelle évoqué supra, et j’en j’analyserai la progression. Ensuite, je mettrai en perspective cet exemple avec sa version objectivée dans le certificat médical produit par le médecin.

1.     He or she ? « your story is changing »

Dans la transcription de l’extrait étudié[2] :
– DOW désigne le médecin
– AND désigne la requérante
– INT désigne l’interprète

  1. 1. Un récit à plusieurs niveaux

Tout d’abord, cet échange présente un mélange des temporalités et témoigne d’une triple tentative de mise en ordre chronologique. D’une part, il est fait référence au moment de l’interaction – également étape décisive de la procédure –, à savoir le temps de l’énonciation (« first » [0396], « then » [0425 et 0427], plus tard on trouvera aussi « again »). D’autre part, on y évoque un moment du récit, c’est-à-dire au temps de l’histoire (« the first woman » [0400, 0403]), à fonction ordinale intradiégétique. L’entrecroisement de ces deux temporalités se constate à la fois dans l’emploi des marqueurs temporels et indexicaux cités, ainsi que dans l’emploi des temps verbaux en anglais (que ce soit la forme durative be + -ing ou le prétérit : précédemment on trouvait « now you are saying », puis « first you said » [0396]). Enfin, « the third [time] » (0405) possède aussi une fonction ordinale, mais dans la chronologie de l’interaction cette fois (extradiégétique).

Ces trois temporalités mettent en valeur la dimension épisodique du récit (Ricœur 1984) ainsi reconstitué, correspondant à une mise en ordre par la succession que l’on peut représenter succinctement comme suit :

La confusion pronominale initiale impacte donc la compréhension des liens entre agent·es du récit, et l’ordre des événements. Ainsi, parallèlement, cet extrait donne à voir de quelle manière les interactant·es élaborent des stratégies de clarification.

  1. 2. Dynamiques de construction du récit

En conséquence de cet entremêlement temporel, plusieurs tentatives de confirmation de la bonne compréhension du propos échouent. « So » (0403) amène une synthèse de la part du médecin qui réorganise les informations, tout en réinterprétant les rôles et les fonctions des agent·es du récit. En effet, elle fait suite à deux propositions subordonnées épithètes qui s’accumulent dans l’échange comme autant de reformulations successives (0400 et 0403), dont un clivage emphatisant la tentative de compréhension (« so it’s the first woman who forced you to prostitute yourself » [0403]). Suivent les tours initiés par « but » (0405) et « no » (0426) qui réorientent le déroulement du récit, sous forme d’élaboration cyclique. C’est donc bien la dimension configurationnelle (Ricœur op. cit.) qui est en jeu à ce stade, puisque cette remise en ordre chronologique a été suscitée par une confusion pronominale, c’est-à-dire portant sur le lien entre les agent·es du récit.

En cela, l’interaction progresse suivant un processus de consolidation objective et collective du récit qui puisse assurer la suite de sa construction. Ainsi, l’interaction avance et le récit s’élabore par paliers successifs et cycliques :

Il s’agit d’un parfait exemple de « mise en intrigue » ricœurienne donnant à voir les processus de mise en ordre puis de configuration des événements entre eux. Ces opérations, réalisées à l’oral de prime abord, sont transposées à l’écrit dans le certificat médical produit par le médecin pendant et à l’issue de l’entretien. Quelle forme cette transcription prend-t-elle et quelles en sont les implications narratives ?

2.     Mettre en texte et objectiver le récit d’asile

Je me propose à présent d’étudier la façon dont est mis en texte la partie du récit que je viens d’évoquer dans le rapport d’expertise fourni par le médecin du MéDA. Dans ce document, le médecin écrit[3] : « Lors de l’entretien, j’ai recueilli ses déclarations concernant les sévices physiques et psychologiques dont elle [la requérante] dit avoir été victime ». Une nette distanciation par rapport aux propos tenus se dégage, qui semble se défendre de toute influence extérieure en manifestant un certain professionnalisme. Déjà s’ébauche le portrait du médecin en enquêteur, dont témoigne l’utilisation du champ lexical bureaucratique (« j’ai recueilli ses déclarations »). En effet, l’emploi du mot « déclarations » donne une teneur officielle, de clarté, aux propos de la requérante, alors que l’élaboration de cette partie du récit s’est avérée très laborieuse. Cela confère une valeur juridique aux paroles de la requérante, par laquelle la procédure de demande d’asile, du début à sa fin, se présente comme un long argumentaire où le jugement se joue à chaque étape.

Plus loin dans le certificat, le médecin résume l’histoire de sa patiente en ces termes :

« Sa mère y est opposée [au mariage forcé] et a tenté de cacher ses filles dans sa famille à elle et, en ce qui concerne Andrea[4] [la requérante], chez une amie. La famille paternelle l’ayant retrouvée, l’amie l’a confiée à une femme qui l’a aidée à quitter le pays pour la Lybie. Là, elle s’est trouvée dans les mains d’une bande de femmes organisant la prostitution en France. »

Le « she » confus de notre exemple trouve place ici parmi ce réseau de maquerelles (« une bande de femmes »). À la fin de l’entretien, les liens entre ces femmes ont pu être établis. Cependant, le « she » qui nous a occupés, désignant la passeuse qui a fait traverser Andrea de Lybie en Italie, n’est pas mentionnée individuellement. Paradoxalement, le rapport entre les efforts mis en œuvre pour reconstituer le récit et sa reconstitution effective est presque déficitaire, dans la mesure où l’identification du référent « she » a duré presque 11 minutes dans l’interaction, alors qu’elle est résumée en quatre lignes dans le certificat médical.

Le médecin analyse ensuite les symptômes de la requérante, notant en premier lieu : « Elle a d’énormes difficultés avec les dates ». On le voit, les conditions et la manière dans lesquelles a été réélaboré le récit peuvent donc entrer en compte dans le diagnostic. Le médecin adopte à ce titre une double fonction : il est à la fois professionnel empathique suscitant une parole subjective chez sa patiente, et expert scientifique objectivant cette parole pour en attester.

Enfin, le médecin conclut en affirmant que « Madame XXX a une histoire complexe dans laquelle s’intriquent la peur d’être excisée au Nigéria et une histoire de traite d’êtres humains dont elle a été la victime à son arrivée en France. » L’intrication (« s’intriquent ») semble être l’hypéronyme de toutes les façons dont les événements de cette histoire sont liés, mais aussi de la façon dont il a fallu les démêler. Cette notation prend donc aussi la forme d’un commentaire épilinguistique sur le déroulement de l’entretien. De fait, la mise en récit n’est pas une simple affaire de motivations et d’événements qui se succèdent ; elle implique la mise en œuvre d’un chantier narratif et interactionnel, puis d’une sélection visant à en retenir les éléments médicalement et juridiquement probants.

Conclusion

Cette brève analyse a permis d’éclairer en creux les effets de la littératie (Goody 2006) dans la procédure de demande d’asile : le récit, au gré de ses reformulations successives, est un genre réflexif qui secondarise l’information. Il semble en effet nécessaire d’insister non seulement sur la mise en conformité scientifique, ou médicale, du récit, mais au-delà, sur sa conformation juridique. L’objectivation du récit passe par la synthétisation de liens entre les agents en catégories juridiques (« traite d’êtres humains »), faisant preuve d’un écart important du grain d’enquête de la part du médecin et de l’interprète, allant du micro-récit au macro-récit. En outre, cette interaction s’inscrit dans une forme de téléscopage temporel et procédural des objectifs inhérents à la demande d’asile : le certificat ne perd jamais de vue l’audience à la CNDA, de même que l’entretien médical était tendu vers l’objectif de rédaction du certificat. Ainsi la temporalité de l’interaction a-t-elle autant d’importance que la temporalité du récit, puisque la production du certificat médical doit trouver une place cohérente dans la chronologie de la procédure, qui déborde celle stricte du récit. Elle nécessite de fait la participation de deux tiers·ces-aidant·es à l’élaboration du récit d’asile, au rôle non négligeable : le médecin et l’interprète. Le médecin, agent du rite institutionnel (Bourdieu 1982), fait ici figure d’« agent double » qui travaille et pour l’institution, et pour l’obtention du statut de réfugiée. De même, bien que ce soit ténu dans l’extrait proposé, l’interprète possède un rôle prépondérant dans la construction du récit : elle ne fait pas que traduire, mais transforme les propos de la requérante en révélations sur son histoire. C’est pourquoi on peut la qualifier ici, avec E. D’Halluin, de « passeu[se] d’histoire » (D’Halluin 2012). Au-delà du récit, c’est donc aussi le rôle et la place sociale de ces tiers·ces-aidant·es qui s’en trouvent déplacés, recomposés, pragmatiquement et symboliquement.

Bibliographie

Bourdieu, P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, Points, coll. « Essais », 2001 [Ce que parler veut dire, 1982].

Chambon, N. (et alii), « Le patient, le médecin et l’interprète dans les consultations médicales d’expertise pour la demande d’asile », Raconter, relater, traduire : paroles de la migration, Paris, L’Harmattan, à paraître.

D’Halluin, E., Les Épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2012.

Genette, G., Figures III, Paris Éditions du Seuil, 1989.

Goody, J., Watt, I., Lejosne, J.-C., « Les conséquences de la littératie », Pratiques : linguistique, littérature, didactique, n°131-132, 2006, p. 31-68.

Goody, J., Pouvoirs et savoirs de l’écrit, trad. de Claire Maniez, Paris, La Dispute, 2007.

Ricœur, P., Temps et Récit, Tome 2 :  La configuration du temps dans le récit de fiction, Paris, Le Seuil, coll. « Points essais », 1984.

Notes

[1] Programme porté par des chercheurs du laboratoire ICAR de 2016 à 2019 : http://www.icar.cnrs.fr/sites/projet-remilas/

[2] L’extrait choisi est transcrit aux normes ICOR, dont les principales sont reproduites ci-dessous. Pour la liste complète, voir : http://icar.cnrs.fr/projets/corinte/bandeau_droit/convention_icor.htm.  

[ ]début et fin du chevauchement/ \intonation montante/ descendante\
par‐troncation(inaud.)Segment inaudible
:allongement               °bon°voix basse ou très basse (°°bon°°)
(.)pauses non chronométrées (<0.2s)((rire))phénomènes non transcrits, commentaires
(2.2)pauses chronométrées (en sec.)                  &continuation du tour de parole

[3] Toutes les citations sont transcrites d’après leur ordre d’apparition dans le certificat médical.

[4] Le prénom a été modifié.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Cusset (28 janvier 2021). Le récit d’asile, de l’interaction au texte : approche sociolinguistique. CAELum. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of9w


Publié par

Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search