Pratique de la langue latine : traductions du Miles Gloriosus de Plaute

Les étudiant-es du cours Pratique de la langue latine de l’année 2023-2024 ont travaillé sur une célèbre comédie de Plaute, Le Soldat fanfaron. Cette pièce de Plaute à la double intrigue met en scène un soldat mythomane et imbus de lui-même, Pyrgopolinice, dont se jouent non seulement l’esclave rusé (seruus callidus) de la pièce, Palestrion, mais également le jeune homme amoureux et toute une troupe de personnages qui vont chercher à tromper Pyrgopolinice pour parvenir à leurs fins : réunir le jeune homme Pleusiclès et son amante Philocomasie tout en soutirant de l’argent au soldat. 

Dans le sillage de la « traduction ludique » développée par Florence Dupont, les étudiant-es de PLL proposent leurs traductions de quelques passages de la pièce, en tentant de rendre accessibles en français, autant que possible, les différentes dimensions ludiques de la comédie plautinienne à un public de non-spécialistes.

Texte latin : Plaute, Menaechmi Mercator Miles gloriosus, Alfred Ernout (éd.), Paris, les Belles lettres, coll. « Comédies », nᵒ 4, 1990.

Groupe 1 : Victor Bou Tanos, Elora Frappart, Léo Jouve, Ambroise Vermot-Desroches 

Philocomasie, enlevée et emmenée à Éphèse par Pyrgopolinice, le soldat fanfaron, retrouve finalement son amant, Pleusiclès. Le vieux voisin de Pyrgopolinice héberge secrètement Pleusiclès et a fait percer un mur mitoyen aux deux maisons pour que les amants puissent se retrouver. Mais Scélédrus, esclave zélé de Pyrgopolinice, a vu Philocomasie embrasser Pleusiclès chez le vieillard et veut prévenir son maître, mais la jeune femme se défend fermement devant un Scélédrus médusé. (v. 364-410)

Texte latin 

PHILOCOMASIVM
Vbi iste est bonus seruos qui probri me maxumi innocentem
Falso insimulauit ?
PALAESTRIO
Em tibi, hic mihi dixit tibi quae dixi. 
PHILOCOMASIVM
Tun me uidisse in proxumo hic, sceleste, ais osculantem ?
PALAESTRIO
Atque cum alieno adulescentulo dixit.
SCELEDRVS
Dixi hercle uero.
PHILOCOMASIVM
Tun me uidisti ?
SCELEDRVS
Atque his quidem hercle oculis …
PHILOCOMASIVM
Carebis, credo,
Qui plus uident quam quod uident.
SCELEDRVS
Numquam hercle deterrebor
Quin uiderim id quod uiderim.
PHILOCOMASIVM
Ego stulta et mora multum, 
Quae cum hoc insano fabuler, quem pol ego capitis perdam.
SCELEDRVS
Noli minitari ; scio crucem futuram mihi sepulcrum ;
Ibi mei sunt maiores siti, pater, auus, proauus, abauus.
Non possunt mihi minaciis tuis hisce oculi exfodiri.
Sed paucis uerbis te uolo, Palaestrio : opsecro te, 
Vnde exit haec ?
PALAESTRIO
Vnde nisi domo ?
SCELEDRVS
Domo ?
PALAESTRIO
Me uiden ?
<SCELEDRVS>
Te uideo.
Nimis mirumst facinus quo modo haec hinc huc transire potuit.
Nam certo neque solariumst apud nos neque hortus ullus
Neque fenestra nisi cla<t>rata ; nam certe ego te hic intus uidi.
PALAESTRIO
Pergin, sceleste, intendere hanc arguere ?
PHILOCOMASIVM
Ecastor ergo 
Mihi hau falsum euenit somnium quod noctu hac somniaui.
PALAESTRIO
Quid somniasti ?
PHILOCOMASIVM
Ego eloquar. Sed amabo, aduortite animum.
Hac nocte in somnis mea soror geminast germana uisa
Venisse Athenis in Ephesum cum suo amatore quodam ;
Ei ambo hospitio huc in proxumum mihi deuortisse uisi. 
PALAESTRIO
Palaestrioni<s> somnium narratur. Perge porro.
PHILOCOMASIVM
Ego laeta uisa, quia soror uenisset, propter eandem
Suspicionem maximam sum uisa sustinere.
Nam arguere in somnis me meus mihi familiaris uisust
Me cum alieno adulescentulo, quasi nunc tu, esse ausculatam, 
Quom illa ausculata mea soror gemina esset suumpte amicum.
Id me insimulatam perperam falsum esse somniaui.
PALAESTRIO
Satin eadem uigilanti expetunt quae in somnis uisa memoras ?
Eu hercle praesens somnium ! abi intro et conprecare.
Narrandum ego istuc militi censebo.
PHILOCOMASIVM
Facere certumst. 395
Neque me quidem patiar prob<r>i falso inpune insimulatam.
SCELEDRVS
Timeo quid rerum gesserim ; ita dorsus totus prurit.
PALAESTRIO
Scin te periisse ?
<SCELEDRVS>
Nunc quidem domi certost ; certa res est
Nunc nostrum obseruare ostium, ubiubist.
PALAESTRIO
At, Sceledre, quaeso,
Vt ad id exemplum somnium quam simile somniauit, 
Atque ut tu suspicatus es eam uidisse osculantem !
SCELEDRVS
Nescio quid credam egomet mihi iam ; ita quod uidisse credo
Me id iam non uidisse arbitror.
PALAESTRIO
Ne tu hercle sero, opinor,
Resipiscis. Si ad erum haec res prius †deuenerit†, peribis pulchre.
SCELEDRVS
Nunc demum experior mi ob oculos caliginem opstitisse. 
PALAESTRIO
Dudum edepol planumst id quidem, quae hic usque fuerit intus.
SCELEDRVS
Nil habeo certi quid loquar ; non uidi eam, etsi uidi.
PALAESTRIO
Ne tu edepol stultitia tua nos paene perdidisti ;
Dum te fidelem facere ero uoluisti, absumptu’s paene.
Sed fores uicini proxumi crepuerunt ; conticiscam.

Traduction 

SACOGITE, esclave
COCOTTE, fille de joie
COQUINIAIS, esclave.

COCOTTE. – Il est où ce gentil petit larbin qui raconte n’importe quoi alors que j’ai rien fait ?
SACOGITE. – Le voilà, c’est lui qu’a dit qu’est-ce que j’ai dit.
COCOTTE. – C’est toi l’coquin qui baragouines que tu m’as vue bécoter chez l’voisin ?
SACOGITE. – Et un p’tit jeunot étranger, qu’il a dit !
COQUINIAIS. – Un peu que je l’ai dit !
COCOTTE. – Ah oui tu m’as vue ??
COQUINIAIS. – Et d’mes yeux à moi !
COCOTTE. – Tu peux leur dire ciao, c’est moi qui te l’dis ; ils ont qu’à pas voir plus que ce qu’ils voient.
COQUINIAIS. – Alors là ma vieille, tu pourras jamais m’enlever ça d’la caboche !!
COCOTTE. – Chuis trop bête de causer avec toi ; d’toute façon ta caboche bientôt… couic !
COQUINIAIS. – Continue d’jacter ; j’sais bien comment ça va finir c’t’histoire, c’est tout vu ; la corde au cou, comme papa, papi, et pis son papa et son papi. Mais t’inquiète pas qu’tes p’tites menaces elles vont pas m’arracher les yeux. Mais nom d’un chien, Sacogite, elle sort d’où la madame ??
SACOGITE. – D’où tu veux qu’elle sorte, à part de la maison ? 
COQUINIAIS, l’air confus. – De la maison ? 
SACOGITE, (agitant la main devant les yeux de Coquiniais) tu me fais confiance ?
COQUINIAIS. –Oui j’te fais confiance. Ça m’dépasse : comment qu’elle a pu passer de là à ici ? Parce que juré y’a pas de balcon à la maison, pas de jardin non plus puis pas de fenêtre sauf avec des barreaux devant. Le truc c’est que je t’ai vue à l’intérieur, bon Dieu.
SACOGITE. – Tu l’accuses et t’en démords pas, coquin !
COCOTTE. – Bon sang, alors j’ai pas rêvé de n’importe quoi cette nuit.
SACOGITE. – T’as rêvé de quoi ?
COCOTTE. – J’vais vous l’dire, moi. Mais s’vous plaît, écoutez bien. Cette nuit, dans mon rêve, j’ai vu ma frangine jumelle qui vient d’Athènes débarquer à Ephèse avec son mec. J’ai eu l’impression qu’ils descendaient là chez l’voisin, les deux oiseaux, pour y crécher.
SACOGITE. – (A part) C’est le rêve de Sacogite qu’elle raconte ! (A Cocotte) Vas-y, enchaîne !
COCOTTE. – Moi j’me voyais bien contente, comme ma frangine était venue ; à cause d’elle, ouais, on aurait dit que je m’retrouvais suspecte numéro 1. C’est qu’dans mes rêves, j’ai cru que mon larbin, comme toi là, me reprochait d’avoir bécoté un jeunot étranger, alors que c’était elle, ma frangine jumelle, qui avait embrassé son petit-copain, à elle ! J’ai rêvé qu’on m’avait accusée alors que j’ai rien fait moi.
SACOGITE. – Ce qui t’est arrivé maintenant que t’es debout, c’est à peu près la même chose que ce dont tu te rappelles dans ton rêve ? Eh ben, bon Dieu, tu nous le fais vivre, ton rêve ! Va à l’intérieur, et fais ta prière. A mon avis, faudra raconter ce truc au soldat !
COCOTTE. – C’est ce que je vais faire. Et c’est clair que j’vais pas supporter d’être accusée de l’avoir trompé sans rien dire alors qu’j’ai rien fait !
COQUINIAIS. – Oups… J’ai peut-être fait une gaffe. J’ai le dos qui me gratte à mort.
SACOGITE. – Tu sais que t’es cuit ? 
COQUINIAIS. – Au moins, maintenant, elle est à la maison, pour sûr, mais ce qu’est sûr, c’est que maintenant, qu’elle soit là ou là, je vais pas lâcher la porte des yeux.
SACOGITE. – Mais au fait, Coquiniais t’as vu comme son rêve qu’elle a fait, là, il ressemblait franc comme deux gouttes d’eau à comment t’as cru que tu la voyais s’faire bécoter !
COQUINIAIS. – J’sais même plus ce que je crois, entre moi et moi. Ouais, c’que je crois que j’ai vu, je me dis maintenant que je l’ai pas vu.
SACOGITE. – Eh ben ! c’est pas trop tôt, mon vieux, que tu te réveilles ! Mais si tout ça arrive aux oreilles du patron, t’auras droit à être zigouillé dans les règles de l’art.
COQUINIAIS. – C’est que maintenant que je me rends compte que j’avais pas les yeux en face des trous.
SACOGITE. – Mais, nom de Dieu ! Y a belle lurette que ça crève les yeux, qu’elle est restée là-dedans de A à Z.
COQUINIAIS. – Chais plus rien dire sans m’gourrer. Je l’ai pas vue, mais en même temps, je l’ai vue.
SACOGITE. – En tout cas, mon grand, on a frisé la correctionnelle, avec tes conneries. A vouloir te la jouer super-larbin, t’es pas passé loin de la cata’. Mais voilà les portes du type d’à côté qui claquent ! J’vais la boucler.

Groupe 2 : Marie-Liesse Nivault, Chantal Francou

Pour parfaire la ruse auprès de Scélédrus/Coquiniais, Philocomasie se fait passer pour sa fausse jumelle, à qui elle donne un nom grec, Dicée, qui signifie « la juste ». (v. 411-456)

Texte latin 

PHILOCOMASIVM
Inde ignem in aram, ut Ephesiae Dianae laeta laudes
Gratesque agam eique ut Arabico fumificem odore amoeno,
Quae me in locis Neptuniis templisque turbulentis
Seruauit, saeuis fluctibus ubi sum adflictata multum.
SCELEDRVS
Palaestrio, o Palaestrio !
PALAESTRIO
O Sceledre, Sceledre, quid uis ? 
SCELEDRVS
Haec mulier quae hinc exit modo, estne erilis concubina
Philocomasium an non est ea ?
PALAESTRIO
Hercle opinor, ea uidetur.
Sed facinus mirum est, quo modo haec hinc huc transire potuit,
Si quidem east.
SCELEDRVS
An dubium tibi est eam esse hanc ?
PALAESTRIO
Ea uidetur.
SCELEDRVS
Adeamus, appellemus. Heus, quid istuc est, Philocomasium ? 
Quid tibi istic in <ist>isce aedibus debetur ? quid negotist ?
Quid nunc taces ? tecum loquor.
PALAESTRIO
Immo edepol tute tecum ;
Nam haec nil respondet.
SCELEDRVS
Te adloquor, uiti probrique plena,
Quae circum uicinos uagas.
PHILOCOMASIVM
Quicum tu fabulare ?
SCELEDRVS
Quicum nisi tecum ?
PHILOCOMASIVM
Quis tu homo es ? aut mecum quid est negoti ? 
SCELEDRVS
Me rogas, hem, qui sim ?
PHILOCOMASIVM
Quin ego hoc rogem quod nesciam ?
PALAESTRIO
Quis ego sum igitur, si [tu] hunc ignoras ?
PHILOCOMASIVM
Mihi odiosus, quisquis es,
Et tu et hic.
SCELEDRVS
Non nos nouisti ?
PHILOCOMASIVM
Neutrum.
SCELEDRVS
Metuo maxume…
PALAESTRIO
Quid metuis ?
SCELEDRVS
Enim ne <nos> nosmet perdiderimus uspiam ;
Nam nec te neque me nouisse ait haec.
PALAESTRIO
Persectari hic uolo, 
Sceledre, nos nostri an alieni simus ; ne clam quispiam
Nos uicinorum inprudentis aliquis inmutauerit.
SCELEDRVS
Certe equidem noster sum.
PALAESTRIO
Et pol ego. Quaeris tu, mulier, malum.
Tibi ego dico : heus, Philocomasium !
PHILOCOMASIVM
Quae te intemperiae tenent,
Qui me perperam perplexo nomine appelles ?
PALAESTRIO
Eho, 
Quis igitur uocare ?
PHILOCOMASIVM
Diceae nomen est.
SCELEDRVS
Iniuria’s ;
Falsum nomen possidere, Philocomasium, postulas.
Ἄδικος es tu, non δικαία, et meo ero [non] facis iniuriam.
PHILOCOMASIVM
Egone ?
SCELEDRVS
Tu<ne>.
PHILOCOMASIVM
Quae heri Athenis Ephesum adueni uesperi
Cum meo amatore, adulescente Atheniensi ?
PALAESTRIO
Dic mihi, 
Quid hic tibi in Epheso est negoti ?
PHILOCOMASIVM
Geminam germanam meam
Hic sororem esse indaudiui ; eam ueni quaesitum.
SCELEDRVS
Mala es.
PHILOCOMASIVM
Immo ecastor stulta multum, quae uobiscum fabuler.
Abeo.
SCELEDRVS
Abire non sinam te.
PHILOCOMASIVM
Mitte.
SCELEDRVS
Manifestaria es.
Non omitto.
PHILOCOMASIVM
At iam crepabunt mihi manus, malae, tibi 
Nisi me omittis.
SCELEDRVS
Quid, malum, astas ? quin tenes altrinsecus ?
PALAESTRIO
Nil moror negotiosum mihi esse tergum. Qui scio
An ista non sit Philocomasium atque alia eius similis sit ?
PHILOCOMASIVM
Mittis an non mittis ?
SCELEDRVS
Immo ui atque <in>uitam, ingratiis,
Nisi uoluntate ibis, rapiam te domum.
PHILOCOMASIVM
Hos<pi>tium hoc mihist 
Non domicilium ; Athenis domus est Atticis. Ego istam domum
Neque moror, neque uos qui homines sitis noui, neque scio.
SCELEDRVS
Lege agito ; te nusquam mittam, nisi das firmatam fidem,
Te huc, si omisero, intro ituram.
PHILOCOMASIVM
Vi me cogis, quisquis es.
Do fidem, si omittis, istoc me intro ituram quo iubes. 
SCELEDRVS
Ecce omitto.
PHILOCOMASIVM
At ego abeo missa.
SCELEDRVS
Muliebri fecit fide.

Traduction 

PHILOCOMASIE : (faisant de grands gestes) Le feu, à l’autel ! Afin qu’à Diane d’Ephèse, dans ma joie, je rende honneurs et grâces et afin que vers elle je fasse s’élever l’encens d’Arabie au doux parfum, elle qui m’a gardée en vie dans les territoires de Neptune et ses domaines tempétueux où longtemps je fus assaillie par les flots cruels. 
SCELEDRUS : Palestrion ! Oh, Palestrion !
PALESTRION : (se moquant) Scélédrus ! Oui, Scélédrus, qu’est-ce qu’il y a ?
SCELEDRUS : C’est moi ou la meuf qui vient de sortir, c’est celle du patron ? C’est pas Philocomasie ?
PALESTRION : Ah punaise ! Oui, on dirait bien que c’est elle. Mais c’est bizarre : comment elle (montrant du doigt) est passée de chez nous (idem) à ici (idem), en tous cas si c’est elle.
SCELEDRUS : Tu crois que c’est pas elle ?
PALESTRION : (après une pause) On dirait bien que c’est elle.
SCELEDRUS : Viens, on l’aborde. Hé, Philocomasie, qu’est-ce qui t’amène ici ? Pourquoi tu es venue dans cette maison, qu’est-ce que tu faisais ? Pourquoi tu réponds pas ? J’te parle.
PALESTRION : C’est plutôt à toi-même que tu parles, ma parole, vu qu’elle te répond rien.
SCELEDRUS : C’est à toi que je parle, espèce de grosse pute, qui va te mettre à l’aise chez les voisins !
PHILOCOMASIE : A qui tu causes, toi ?
SCELEDRUS : A qui je peux bien causer, à part toi ?
PHILOCOMASIE : Mais t’es qui, toi ? On se connaît ?
SCELEDRUS : Quoi ? Tu me demandes qui je suis ?
PHILOCOMASIE : Bien sûr que je te le demande, vu que je le sais pas.
PALESTRION : Et moi du coup je suis qui, si lui tu le connais pas ?
PHILOCOMASIE : Je me fiche de savoir qui t’es, t’es rien qu’un chieur, toi autant que lui.
SCELEDRUS : Tu ne nous remets pas ?
PHILOCOMASIE : Ni l’un ni l’autre.
SCELEDRUS : J’ai bien peur…
PALESTRION : Peur de quoi ?
SCELEDRUS : Qu’en fait on se soit nous-mêmes perdus quelque part, vu qu’elle dit qu’elle ne nous remet ni toi ni moi.
PALESTRION : Je veux résoudre cette énigme, sommes-nous vraiment nous-mêmes ou sommes-nous autres ; est-ce que quelqu’un, l’un de nos voisins, nous aurait métamorphosés sans qu’on le sache ?
SCELEDRUS : Pourtant je suis bien moi.
PALESTRION : La vie de ma mère je suis moi aussi ! Meuf, tu cherches les embrouilles ! Je t’aurais prévenue ! Hé ! Philocomasie !
PHILOCOMASIE : Mais qu’est-ce que t’as fumé pour me donner un nom chelou qui est même pas le mien ?
PALESTRION : Du coup comment je dois t’appeler ?
PHILOCOMASIE : Je m’appelle Justine.
SCELEDRUS : Tu as tort de prétendre porter un faux nom, Philocomasie, you’re unjust and not just, et tu fais du tort à mon patron.
PHILOCOMASIE : Moi ?
SCELEDRUS : Toi.
PHILOCOMASIE : Alors que j’ai débarqué à Ephèse hier soir avec mon mec !?
SCELEDRUS : Dis-moi, qu’est-ce qui t’amène à Ephèse ?
PHILOCOMASIE : J’ai appris que ma frangine, ma jumelle était ici, je suis venue la chercher.
SCELEDRUS : Tu es maligne, toi.
PHILOCOMASIE : Ou plutôt une belle conne de perdre mon temps à causer avec vous, j’me tire.
SCELEDRUS : (la saisissant) J’te laisserai pas faire !
PHILOCOMASIE : Lâche-moi !
SCELEDRUS : On t’a prise la main dans le sac, j’te lâcherai pas.
PHILOCOMASIE : Fais gaffe à ma main sur ta joue si tu me lâches pas, ça va claquer !
SCELEDRUS : Qu’est-ce tu fous à rester planté là ? Pourquoi tu la retiens pas de ton côté ?
PALESTRION : Je ne veux pas me mettre une sale affaire sur le dos, qu’est-ce que j’en sais si cette meuf c’est Philocomasie ou une autre qui lui ressemble ?
PHILOCOMASIE : Tu vas me lâcher oui ou merde ?
SCELEDRUS : Non, et tu vas voir que si tu ne veux pas venir, je vais t’y traîner dans la maison, mais de force et que tu le veuilles ou non !
PHILOCOMASIE : Ici c’est pas chez moi, c’est chez mon hôte. Moi j’habite à Athènes, dans l’Attique. Je m’en fiche de votre maison et vous c’est la première fois que je vous vois et je vous connais pas.
SCELEDRUS : Vas-y, dénonce-moi aux flics, mais je te laisserai pas partir tant que tu m’auras pas promis et juré que si je te lâche, tu rentreras dans cette maison.
PHILOCOMASIE : Tu me forces même si la vie de ma mère je sais pas qui t’es, c’est promis-juré, et même craché, tiens, si tu me lâches j’entrerai là où tu veux.
SCELEDRUS : Voilà, j’te lâche.
PHILOCOMASIE : Et moi libérée, je m’en vais…
SCELEDRUS : Putain les meufs elles sont toutes pareilles j’te jure !

Groupe 3 : Aurore Baldet, Pauline Berthold,  Eva Lelièvre

Alors que Philocomasie a réussi à convaincre Scélédrus que sa jumelle était l’amante de Pleusiclès, Palestrion met au point une seconde ruse. Il veut faire croire au soldat qu’une riche veuve souhaite l’épouser, pour qu’il rejette Philocomasie et lui offre une compensation financière. Ainsi elle pourra partir avec Pleusiclès et l’argent du soldat. Il engage donc deux courtisanes pour faire croire à Pyrgopolinice qu’Acrotéleutie, accompagnée de sa fausse servante Milphidippa, aime le soldat. S’engage alors un jeu de dupe entre les deux femmes et le soldat, qui jouent leur rôle en laissant croire au soldat qu’elles ne savent pas qu’il les voit. 

Texte latin 

MILPHIDIPPA
Era, eccum praesto militem.
ACROTELEVTIVM
Vbi est ?
MILPHIDIPPA
Ad laeuam.
ACROTELEVTIVM
Video.
MILPHIDIPPA
Aspicito limis [oculis], ne ille nos se sentiat uidere.
ACROTELEVTIVM
Video. Edepol nunc nos tempus est malas peiores fieri.
MILPHIDIPPA
Tuum est principium.
<ACROTELEVTIVM>
Obsecro, tute ipsum conuenisti ?
Ne parce uocem, ut audiat.
<MILPHIDIPPA>
Cum ipso pol sum locuta 
Placide, ips<a>e dum libitum est mihi, otiose, meo arbitratu [ut uolui].
PYRGOPOLINICES
Audin quae loquitur ?
PALAESTRIO
Audio. Quam laeta est, quia ted adiit !
ACROTELEVTIVM
O fortunata mulier es !
<PYRGOPOLINICES>
Vt amari uideor !
<PALAESTRIO>
Dignu’s.
ACROTELEVTIVM
Permirum ecastor praedicas, te adiisse atque exorasse ;
Per epistulam aut per nuntium quasi regem adiri eum aiunt. 
MILPHIDIPPA
Namque edepol uix fuit copia adeundi atque impetrandi.
PALAESTRIO
Vt tu inclitu’s apud mulieres !
<PYRGOPOLINICES>
Patiar, quando ita Venus uult.
ACROTELEVTIVM
Veneri pol habeo gratiam, eandemque et oro et quaeso,
Vt eius mihi sit copia quem amo, quemque expetesso,
Benignusque erga me <ut> siet, quod cupiam ne grauetur. 
MILPHIDIPPA
Spero ita futurum. Quamquam illum multae sibi expetessunt,
Ille illas spernit, segregat ab se omnis extra te unam.
ACROTELEVTIVM
Ergo iste metus me macerat, quod ille fastidiosust,
Ne oculi eius ne sententiam mutent, ubi uiderit me,
Atque eius elegantia meam extemplo speciem spernat. 
MILPHIDIPPA
Non faciet ; <modo> bonum animum habe.
<PYRGOPOLINICES>
Vt ipsa se contemnit !
ACROTELEVTIVM
Metuo, ne praedicatio tua nunc meam formam exsuperet.
MILPHIDIPPA
Istuc curaui ut opinione illius pulcrior sis.
ACROTELEVTIVM
Si pol me nolet ducere uxorem, genua amplectar
Atque obsecrabo. Alio modo, si non quibo inpetrare, 
Consciscam lethum ; uiuere sine illo scio me non posse.
PYRGOPOLINICES
Prohibendam mortem mulieri uideo [mulieri]. Adibon ?
PALAESTRIO
Minime.
Nam tu te uilem feceris, si te ultro largiere ;
Sine ultro ueniat, quaeritet, desideret, exspectet.
Ni perdere istam gloriam uis quam habes, caue sis faxis. 
Nam nulli mortali scio obtigisse hoc nisi duobus,
Tibi et Phaoni Lesbio, tam †uiuere ut amaret†.
ACROTELEVTIVM
Eo intro, an tu illunc euocas foras, mea Milphidippa ?
MILPHIDIPPA
Immo opperiamur, dum exeat aliquis.
ACROTELEVTIVM
Durare nequeo,
Quin eam intro.
<MILPHIDIPPA>
Occlusae sunt fores.
<ACROTELEVTIVM>
Ecfringam.
MILPHIDIPPA
Sana non es.
ACROTELEVTIVM
Si amauit umquam aut si parem sapientiam [hic] habet ac formam,
Per amorem si quid fecero, clementi animo ignoscet.
PALAESTRIO
Vt, quaeso, amore perditast te misera !
PYRGOPOLINICES
Mutuum fit.
PALAESTRIO
Tace, ne audiat.
MILPHIDIPPA
Quid astitisti obstupida ? cur non pultas ?
ACROTELEVTIVM
Quia non est intus quem ego uolo.
MILPHIDIPPA
Qui scis ?
ACROTELEVTIVM
Scio edepol †facio ; 
Nam odore nasum sentiat, si intus sit.
PYRGOPOLINICES
Hariolatur.
Quia me amat, propterea Venus fecit eam ut diuinaret.
ACROTELEVTIVM
Nescio ubi hic prope adest quem expeto uidere ; olet profecto.
PYRGOPOLINICES
Naso pol iam haecquidem plus uidet quam oculis.
PALAESTRIO
Caeca <am>ore est.
ACROTELEVTIVM
Tene me, obsecro.
MILPHIDIPPA
Quor ?
ACROTELEVTIVM
Ne cadam.
MILPHIDIPPA
Quid ita ?
ACROTELEVTIVM
Quia stare nequeo ; 
Ita animus per oculos meos <mi> defit.
MILPHIDIPPA
Militem pol
Tu aspexisti.
ACROTELEVTIVM
Ita.
MILPHIDIPPA
Non uideo. Vbi est ?
ACROTELEVTIVM
Videres pol, si amares.
MILPHIDIPPA
Non edepol tu illum magis amas quam ego, mea, si per te liceat.
PALAESTRIO
Omneis profecto mulieres te amant, ut quaeque aspexit.
PYRGOPOLINICES
Nescio tu ex me hoc audieris an non : nepos sum Veneris.

Traduction

Milphidippa : Patronne, il est là.
Acrotéleutie : Où ça ?
Mi. : À gauche.
Ac. : Oui je le vois.
Mi. : Te retourne pas, on va se faire choper.
Ac. : Ok. Merde, maintenant à nous de jouer le mauvais rôle.
Mi. : Toi d’abord.
Ac. : Lâche le morceau : tu l’as vraiment vu ? Parle fort, faut qu’il t’entende.
Mi. : De ouf, bien sûr que je lui ai parlé, on était tranquilles posés à deux, il m’a vraiment plu, comme prévu.
Pyrgopolinice : T’as entendu ce qu’elle dit ?
Palestrion : Ouais. C’est chaud comment elle a trop aimé t’avoir vu.
Ac. : T’as grave de la chance !
Py. : Comment elle m’aime trop !
Pa. : C’est mérité.
Ac. : Purée c’est fou ce que tu me dis : tu l’as vu et tu l’as dragué, en plus askip il répond presque jamais aux messages et il laisse en vu, genre le mec ténébreux inaccessible.
Mi. : T’as trop raison, c’était grave galère pour qu’on se voie.
Pa. : Quel charmeur…
Py. : Je suis obligé de le supporter, ordre de Cupidon.
Ac. : Mais purée, que Cupidon m’entende, ce serait vraiment mon rêve qu’on ait un date ensemble, avec mon crush quoi ! Qu’il soit grave mignon et attentionné…
Mi. : Je croise les doigts. Y’a plein de meufs qui ont des vues sur lui mais il les calcule pas de toute façon, vraiment il tej tout le monde sauf toi.
AC : C’est ça qui me fait flipper. J’ai peur qu’il me trouve grave moche, que je lui donne envie de vomir quand il me verra et qu’à côté de son style j’ai l’air d’un thon.
MI : Mais n’importe quoi ! Aie confiance meuf, ça va bien se passer.
PY : Comment elle est super altruiste ! 
AC : J’ai peur que t’aies abusé en disant que j’étais trop belle et tout.
MI : Mais non, j’ai fait gaffe qu’il te trouve encore plus fraîche que dans ses rêves.
AC : Mon dieu s’il veut pas qu’on se marie, je me mettrais à genoux devant lui et je le supplierai, et si j’arrive pas à le faire changer d’avis, j’me tire une balle. Je sais que sans lui ça vaut pas la peine d’être en vie. 
PY : J’crois qu’il faut empêcher cette femme de mourir, j’y vais ? 
PA : Non mec, tu ferais une connerie en te jetant dans ses bras tout de suite. Laisse la venir vers toi tranquillement, te chercher, te désirer, être hyper impatiente. Fais ce que je te dis, si tu ne veux pas perdre ta gloire. Car à part toi et Di Caprio, je ne connais pas d’autres gens qu’une meuf a autant voulu pécho. 
Ac: Bon je vais chez lui ou tu lui dis de venir, Milphidippa ma chérie ? 
Mi: Non, on attend que quelqu’un sorte.
Ac: Je peux pas poireauter, comment ne pas rentrer ?
Mi: La porte est fermée.
Ac: J’vais la défoncer.
Mi: Non mais t’es tarée !
Ac: S’il a déjà été amoureux ou s’il est aussi malin que bg, ce que je ferai pour le pécho, son cœur va me le pardonner.
Pa: Comment la pauvre est raide dingue amoureuse à cause de ton charme !  
Py:  Je ressens la même chose…
Pa: Tais-toi, faut pas qu’elle nous entende.
Mi: Pourquoi tu bouges pas, t’as buggé ? Pourquoi tu frappes pas ?
Ac: Parce que le mec que je veux pécho est pas là.
Mi: Comment tu le sais ?
Ac: Mais je le sais, je le sens ; jte jure mon nez peut sentir son aftershave, s’il est à l’intérieur.
Py: C’est une magicienne. C’est parce qu’elle m’aime, Cupidon lui a donné des super-pouvoirs.
Ac: Je sais pas trop où il est, ici, tout près, le mec que je veux voir ; j’ai juré on sent son aftershave.
Py: Je suis choqué purée, elle voit mieux avec le nez qu’avec les yeux.
Pa: L’amour rend aveugle…
Ac: Tiens-moi, s’il te plait.
Mi: Pourquoi ?
Ac: Pour que je tombe pas.
Mi: Qu’est-ce que tu m’racontes ?
Ac: Je peux plus tenir debout ; je suis devenue folle à cause de mes yeux.
Mi: Mon dieu, t’as vu le militaire.
Ac: Oui.
Mi: Je le vois pas. Il est où ?
Ac: J’te jure, tu le verrais si tu l’aimais.
Mi: J’peux t’assurer que tu ne l’aimerais pas autant que moi, ma belle, si tu me laissais faire.
Pa: Vraiment, elles tombent amoureuses de toi au premier regard. 
Py: Je ne sais pas si je te l’ai déjà dit ou pas : je suis le petit-fils de Cupidon.

Groupe 4 : Roxane Bougrelle, Alice Lafourcade, Émeline Picard, Inès Portillo Souillard. 

Le dénouement de la pièce offre une fin particulièrement humiliante pour le soldat : Pyrgopolinice a été, comme prévu, attrapé en flagrant délit d’adultère par Périplectomène, le vieillard complice. Ses esclaves le battent et l’humilient, lui ôtant tous ses attributs de soldats. Pyrgopolinice supplie d’être laissé en vie et offre tous ses biens à Périplectomène. Finalement seul sur scène, Scélédrus, son esclave, lui dévoile la longue supercherie. (v. 1394-1437)

Texte latin 

PERIPLECTOMENVS
Ducite istum. Si non sequitur, rapite sublime foras.
Facite inter terram atque caelum ut sit : †discindite. 
PYRGOPOLINICES
Obsecro hercle, Periplectomene, te.
PERIPLECTOMENVS
Nequiquam hercle obsecras.
Vide ut istic tibi sit acutus, Cario, culter probe.
<CARIO>
Quin iam dudum gestit moecho hoc abdomen adimere,
Vt faciam quasi puero in collo pendant crepundia.
PYRGOPOLINICES
Perii !
PERIPLECTOMENVS
Haud etiam ; numero hoc dicis.
CARIO
Iamne in hominem inuolo ? 
<PERIPLECTOMENVS>
Immo etiam prius uerberetur fustibus.
CARIO
Multum quidem. 1401a
Agi * * c * * ams * * s * * f * * m * * 1401b
PERIPLECTOMENVS
Cur es ausus subigitare alienam uxorem, impudens ?
PYRGOPOLINICES
Ita me di ament, ultro uentumst ad me.
PERIPLECTOMENVS
Mentitur ; feri.
PYRGOPOLINICES
Mane, dum narro.
PERIPLECTOMENVS
Quid cessatis ?
PYRGOPOLINICES
Non licet mihi dicere ?
PERIPLECTOMENVS
Dic.
<PYRGOPOLINICES>
Oratus sum ad eam ut irem.
PERIPLECTOMENVS
Quor ire ausus’s ? Em tibi. 
<PYRGOPOLINICES>
Oiei, satis sum uerberatus, obsecro !
CARIO
Quam mox seco ?
<PERIPLECTOMENVS>
Vbi lubet ; dispennite hominem diuorsum et distendite.
PYRGOPOLINICES
Opsecro hercle te, ut mea uerba audias, prius quam secat.
PERIPLECTOMENVS
Loquere †non dum niliblo factus†.
PYRGOPOLINICES
Viduam hercle esse censui ;
Itaque ancilla conciliatrix quae erat dicebat mihi. 
PERIPLECTOMENVS
Iura te non nociturum esse homini nunc de hac re nemini,
Quod tu hodie hic uerberatu’s aut quod uerberabere,
Si te saluom hinc amittemus Venerium nepotulum.
PYRGOPOLINICES
Iuro per Iouem et Mauortem me nociturum nemini,
Quod ego hic hodie uapularim, iureque id factum arbitror : 
Et si intestatus non abeo hinc, bene agitur pro noxia.
PERIPLECTOMENVS
Quid, si id non faxis ?
PYRGOPOLINICES
Vt uiuam semper intestabilis.
CARIO
Verberetur etiam ; postibi amittendum censeo.
PYRGOPOLINICES
Di tibi bene faciant semper, quom aduocatus mihi bene es.
CARIO
Ergo des minam auri nobis.
PYRGOPOLINICES
Quam ob rem ?
CARIO
Saluis testibus 
Vt te hodie hinc amittamus, Venerium nepotulum.
Aliter hinc non ibis, ne sis frustra.
PYRGOPOLINICES
Dabitur.
CARIO
Magis sapis.
De tunica et chlamyde et machaera nequid speres ; non feres.
LORARIUS
Verberon etiam an iam mittis ?
PYRGOPOLINICES
Mitis sum equidem fustibus ;
Opsecro uos !
PERIPLECTOMENVS
Soluite istunc.
PYRGOPOLINICES
Gratiam habeo tibi. 1425
PERIPLECTOMENVS
Si posthac prehendero ego te hic, carebis testibus.
PYRGOPOLINICES
Causam haud dico.
PERIPLECTOMENVS
Eamus intro, Cario.
PYRGOPOLINICES
Seruos meos
Eccos uideo. Philocomasium iam profecta est ? dic mihi.
SCELEDRVS
Iam dudum.
PYRGOPOLINICES
Ei mihi !
SCELEDRVS
Magis dicas, si scias quod ego scio
Nam illic qui ob oculum habebat lanam, nauta non erat. 
PYRGOPOLINICES
Quis erat igitur ?
SCELEDRVS.
Philocomasio amator.
PYRGOPOLINICES
Qui tu scis ?
SCELEDRVS
Scio.
Nam postquam porta exierunt, nihil cessarunt ilico
Osculari atque amplexari inter se.
PYRGOPOLINICES
Vae misero mihi !
Verba mihi data esse uideo. Scelus uiri Palaestrio,
Is me in hanc inlexit fraudem. Iure factum iudico.
Si sic aliis moechis fiat, minus heic moechorum siet ;
Magis metuant, minus has res studeant. Eamus ad me. Plaudite.

Traduction 

Périplectomène : Amenez-le ! S’il veut pas vous suivre, chopez-le et trainez-le dehors ! Foutez-le moi en l’air et écartez-lui les jambes !
Pyrgopolinice : S’il te plaît, sur la tête ma mère, Périplectomène ! 
Périplectomène : Ta mère de quoi ? Carion, aiguise-bien ton couteau !
Carion : Couic, les bijoux de famille ! Ça lui fera un collier à ce mec en chien ! (regardant son couteau) C’est que t’en crèves d’envie depuis un bail !
Pyrgopolinice : Je suis foutu !
Périplectomène : Tout doux, attends qu’on te cuisine un peu !
Carion : Ça y est, je peux me le faire ?
Périplectomène : Nan, on le tabasse d’abord !
Carion : De ouf !
Périplectomène : Alors sale charo, d’où tu touches la meuf d’un autre ?
Pyrgopolinice : Sur la vie de ma mère elle est venue toute seule !
Périplectomène : Mytho ! (à son homme de main) éclate-le !
Pyrgopolinice : Nan attends ! Je t’explique !
Périplectomène : Bah alors ? Pourquoi vous vous arrêtez ?
Pyrgopolinice : Je peux pas en placer une ?
Périplectomène : Accouche !
Pyrgopolinice : On m’a invité.
Périplectomène : Et toi tu y es allé ? Le culot ! Tiens ! (les hommes de main le frappent)
Pyrgopolinice : Aïe ! Ouille ! C’est bon ! Arrête !
Carion : (regardant Périplectomène en mimant des ciseaux) Couic couic ?
Périplectomène : Quand tu veux ! Casse-lui les genoux ! Pète-lui les rotules ! Écartez-lui les jambes !
Pyrgopolinice : La tête de ma mère écoute moi ! Pose ce couteau !
Périplectomène : Vas-y, tant que t’es en un seul morceau.
Pyrgopolinice : Sur la tête de ma mère, j’étais sûr qu’elle était célibataire ! c’est Même sa pote qui essayait de la caser qui me l’a dit !
Périplectomène : Promis, pas d’embrouille, hein ? On te pète la gueule maintenant, on te la défonce encore un peu, mais on est sympa, on te laisse en un seul morceau, Don Juan !
Pyrgopolinice : Sur la tête de mon chien et de mon grand-père, pas d’embrouille, tu me pètes la gueule maintenant, tu me la défonces encore un peu, j’avoue, je mérite. Mais laissez-moi mes boules s’il vous plaît !
Périplectomène : Et qu’est-ce qui va se passer si tu l’ouvres ?
Pyrgopolinice : Je ne jouerai plus jamais à la pétanque !
Carion : Encore une petite tarte et on est bon !
Pyrgopolinice : Oh my god merci mec !
Carion : Aboule le fric alors !
Pyrgopolinice : D’où ?
Carion : Pour que tu partes avec tes boules de pétanque, Don Juan ! Sinon tu restes là, te fais pas de film !
Pyrgopolinice : Ok ok ça marche !
Carion : Sage décision ! Et tu laisses ton treillis, tes rangers et ton famas, espère pas les garder !
Homme de main : Je le tape encore un peu ou je le laisse filer ?
Pyrgopolinice : Et je vais filer doux maintenant ! Pitié !
Périplectomène : Lâchez cette petite merde. 
Pyrgopolinice : Merci, merci !
Périplectomène : Si je t’attrapes tu perds tes boules !
Pyrgopolinice : Carré.
Périplectomène : Carion, on s’arrache. (ils sortent)
Pyrgopolinice : Oh, voilà mes potes ! Eh dites, elle est encore là Philocomasie ?
Scélédrus : Ah nan, ça fait un bail qu’elle est partie !
Pyrgopolinice : J’suis dégoûté !!! 
Scélédrus: Oh et tu sais pas quoi ? Tu vas être encore plus dégoûté ! Le mec avec un œil en moins, c’était pas un marin !
Pyrgopolinice : C’était qui ?
Scélédrus: Le mec à Philocomasie !
Pyrgopolinice : Mais non ?
Scélédrus: Mais si ! Nan parce qu’une fois dehors, t’inquiète pas que ça a pas trainé avant qu’ils se roulent une grosse pelle !
Pyrgopolinice : Mais quel con ! Il s’est bien foutu de ma gueule, ce salaud de Palestrion ! Je me suis fait avoir comme un bleu ! (il réfléchit deux minutes) Bon, après, est-ce que je l’aurais pas un peu mérité ? Si on chariait plus les charos, ils chercheraient moins les meufs… Ils flipperaient un peu plus et tchatcheraient un peu moins. Allez, on se casse ! Ciao tout le monde !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search